Du « nzoto na nzoto » sur un vol Ecair Paris-Brazzaville

S*xe airways peut être le nom de code attribué à un vol de la compagnie Congolaise d’aviation Ecair sur son trajet Paris –Brazzaville. Un passager s’est bien envolé en l’air avec une hôtesse sur ce vol nocturne qui a décollé du terminal I de l’aéroport parisien de Roissy Charles De gaulle un peu moins vers 22 heures pour atteindre celui de Maya Maya à Brazzaville 7heures plus tard.

Le Boeing 757 de la compagnie nationale Congolaise Ecair piloté par des blancs et assurant la liaison Paris –Brazzaville vécu une histoire du moins insolite impliquant un passager et un membre d’équipage. Généralement caractérisée par les passagers l’histoire insolite à la Congolaise a eu comme acteur principal une autorité du pouvoir de Brazzaville et comme secondaire une jeune hôtesse de l’air.

Selon le témoignage d’un autre membre d’équipage ayant vécu les faits, c’est presque vers 3 heures du matin alors que l’appareil survolait l’espace aérien camerounais qu’il a surpris dans les toilettes sa collègue et un passager en pleins ébats sexuels. Abasourdi, le passager lui a demandé de se taire et de ne pas les déranger et que l’appareil disposait bien d’autres toilettes.

La jouissance aérienne terminée, l’hôtesse sexologue a expliqué à sa collègue avoir été forcée par le passager qui du reste est celui qui a parrainé son embauche à la compagnie. Au Congo, généralement les recrutements dans ce genre de société se font de manière subjective sur la base tribale ou sentimentale.

La pauvre hôtesse serait donc une des maitresses du passager qui selon la fille lui a expliqué n’avoir jamais fait l’amour dans un avion et que l’expérience lui tentait. Aux craintes de la fille d’être sanctionnée par la compagnie, son parrain d’amant lui a rassuré que seul Sassou Nguesso pouvait la virer, ni même la directrice de la compagnie.

Parait il le passager qui s’est  réjouis de son acte ne cessait de murmurer en lingala pendant la partie de sexe by air « Ezlaka appetissant boyé na kati ye pempo pembeni na Nzambé ».L’hôtesse de l’air qui vit en couple avec son petit ami a été conseillée par sa collègue de beaucoup prier pour que cela ne se reproduise plus dans le futur. « Je plains ton petit ami qui va te recevoir avec toute la joie du monde alors qu’on vient de te sauter dans un avion ».

Stéphanie Mabonzo

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire



Notice: get_currentuserinfo est obsolète depuis la version 4.5.0 ! Utilisez wp_get_current_user() à la place. in /home/directc/public_html/wp-includes/functions.php on line 3831