Dans cette édition, la suite de la liste des musiciens chrétiens et pasteurs adeptes de la magie. Choquée, l’Eglise la “Piscine Divine” organise, à l’occasion de son troisième anniversaire, une “prière spéciale de délivrance des pasteurs magiciens”.

Depuis la vague de dénonciation des “pasteurs et des musiciens pratiquant la magie”, la ville de Kinshasa est en émoi. Les églises déssemplissent, męme les parlementeurs débout ne parlent plus politique mais “pasteurs et musiciens chrétiens magiciens”. L’Affaire étant à la Une, nous sommes descendus au domicile du célèbre Mort-Mort pour avoir son avis, étant donné qu’il est réputé grand féticheur congolais.

Ne connaissant pas physiquement l’intéressé, nous seront reçu par un monsieur que nous prendrons pour Mort-Mort. Après que des chaises nous furent présentés et les mondanités d’usage, ce dernier nous invitera à revenir le lendemain. C’est donc le mardi 13, tôt le matin que nous nous sommes présentés sur l’avenue Congo au n°3 du Quartier Keni. La référence est l’arręt Muyombe sur l’avenue de l’Université à Livulu.

Mort-Mort venait d’appeler sa famille au téléphone lorsqu’on lui fit part de notre présence. Il daigna nous accorder quelques minutes de conversation depuis Paris oů il se trouve. A la question de savoir pourquoi on l’appelait Mort-Mort, il répondra que ce n’est qu’un sobriquet né de ses prouesses (fétichistes?). Son vrai nom serait Kakunda Yaya. Il se dit ętre marié à deux femmes. La première se trouve à Kinshasa, dans sa résidence officielle (une villa digne des quartiers résidentiels de la Gombe, mais situé non loin de la brousse jouxtant le Centre Neuro-psycho-pathologique de Kinshasa (CNPP).

La seconde se trouve avec lui en Europe et est la soeur du célèbre footballeur prince qui ne mâche pas ses mots pour fustiger le comportement des entraîneurs au cours des émissions de Zacharie Bababaswe. Il s’avère que le monsieur qui nous reçoit est son jeune frère et se nomme Mapla.

Ce dernier nous passa la communication, interrgé sur ceux qui le consultent et pourquoi ils le font, Mort-Mort va d’un fou rire au téléphone. Sa réponse qui nous parvient du lointain Paris est tout simplement stupéfaite: “croyez-vous que j’ai acquis ma parcelle en étant fonctionnaire de l’Etat? C’est moi qui fait les hommes et les femmes ici à Kinshasa”.

“Je suis męme appelé en consultation à l’étranger grâce à ma force (ndlr: mystique)”. Invité à donner plus de precision, Mort-Mort est clair: “je reçoit des hommes politiques, des féticheurs, des pasteurs, des musiciens chrétiens, des jeunes filles, des jeunes hommes, des étudiants, des élèves qui préparent les examens d’Etat, etc”.

Voyez par exemple Roger Lessie. Ici en Europe, il ne cesse de fréquenter ces milieux là. Croyez- vous que c’est pour les convertir ? De l’arręt Muyombe au Rond Point Ngaba, tous ces pasteurs là me connaissent. Ils sont passés par chez moi. Ceux d’ailleurs aussi. Męme si tous ne sont pas passés par chez moi, je les connais car je suis le représentant de tous les féticheurs.

Vous avez des individus comme Tambu Lukoki qui se dit męme apôtre; JB Sumbela qui, ignorant tout de la parole de Dieu se fait appelé Evangéliste-pasteur; son épouse Lyly Sumbela; le coupe dit pastorale Kitambala de Claude et son épouse Judith; Elysée Lubua Mazolo qui se dit prophète; Ezéchiel Nyembo qui se dit pasteur, homme de la parole, la bonne nouvelle; Nathanaël Bongo qui se dit évangéliste et ami du Saint Esprit; Sony Vangu; Mbambi; il y en a un qui est général dans le monde mystique, tous les Lessie qui sont d’ailleurs des purs produits de Ngbanda que vous connaissez bien sous Mobutu; evidemment il est inutile de vous parler de Kuthino. C’est encore un grand dans la magie.

Ils sont trop nombreux. Attendez, je reviens d’ici deux semaines, on pourra peut-être établir une liste si vous avez le temps. Il faut que ces gens cessent de tromper les enfants de Dieu. “Lokuta esi ekomi na suka” (ndlr: le mensonge est deja arrivé à sa fin).”

En ce qui concerne les musiciens chrétiens, Mort-Mort a été catégorique “Quand aux musiciens chrétiens, ils ne sont en rien différents des musiciens du monde. A la seule difference que la plupart sont des anciens musiciens qui, sentant leur fin proche, ont vite courru chez moi ou chez mes élèves pour qu’on change leur “numéro”. Voyez par exemple Debaba, est-ce que quand il était musicien, il avait une belle voiture? Aujourd’hui, grâce à moi, il roule en mercedes. Marie Misamu, partie de rien est devenue celle que vous connaissez, ils sont nombreux et si je me met à vous citer leurs noms ici, je n’aurais pas assez de minutes. Attendez mon retour.

Retenez seulement qu’ils sont moins de dix, les musicienc chrétiens qui sont réellement chrétiens. Et ceux-là, je les respecte parce qu’ils évoluent dans la vérité. Il y a par exemple le frère Ngoi Musoko Patrice qui, bien que son frère soit un grand dans le monde mystique, ne touche pas aux fétiches. Je sais que sa prière journalière est que son frère revienne à Dieu, moi je lui conseilleral de ne passe decourager car il faut laisser le temps au temps. Qui sait, peut-être que moi aussi un jour je vais me convertir (éclats de rire)… Et puis, il y a un autre jeune homme, celui qu’on appelie Kool Matope. Il était d’abord musicien pour s’amuser. Et lorsqu’il a été révélé, il s’est réellement converti. Mais les autres musiciens dits chrétiens le combattent parce qu’il apporte une certaine revolution. J’aime beaucoup ses chansons car elles contiennent beaucoup de chaleur. Lui aussi est un véritable homme de Dieu. Il y a aussi les jeunes musiciens de l’orchestre “Les Persévérants en Christ”, s’ils persévèrent vraiment dans la vérité, ce sera très bien.”

Nous étions obligés de l’interrompre car nous avions plus besoins des noms des musiciens chrétiens qui pratiquent la magie ou touchent aux fétiches parceque lui, Mort-Mort en tant que féticheur sais déceler ces choses là. Il cita des noms pęle-męle comme “Paul Nzaio Balenza, Bimi Ombale, Lassa Carlyto, Mopero wa Maloba, et beaucoup d’autres. “En tout cas, monsieur le journaliste, je suis obligé de vous quitter car je dois garder quelques minutes pour parler avec ma famlle. Merci d’avoir pensé à moi. Revoyons-nous à mon retour”.