Cinq scandales qui ont éclaboussé les casques bleus de l’ONU en Afrique

Des soldats français en Centrafrique sont accusés d’abus sexuels sur des mineurs, selon un rapport dévoilé mercredi 29 avril par le quotien britannique « The Guardian ». Depuis 2004, plusieurs soldats faisant partie des forces de maintien de la paix ont été mis en cause ou accusés pour des faits similaires au Mali, en République démocratique du Congo ou encore à Haïti.

Mali , Septembre 2013, Minusma

Une femme affirme avoir été violée par des soldats faisant partie du contingent tchadien de la Mission des Nations unies au Mali (Minusma). Quatre d’entre eux sont placés en garde à vue. La victime les ayant formellement reconnus parmi d’autres agresseurs. La Minusma avait été créée en juillet 2013 dans le but de stabiliser le pays dans le cadre de la guerre contre les groupes armés djihadistes débutée un an plus tôt, et de protéger les populations civiles.

Haïti, 2011, Minustah

Plusieurs Casques bleus de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) sont filmés en train de violer un jeune homme de 18 ans. Les images sont prises à l’aide d’un téléphone portable et la vidéo est diffusée sur Internet. Quatre casques bleus uruguayiens sont identifiés comme ayant pris part à ce viol collectif. Le chef du contingent uruguayen de la Minustah est aussitôt démis de ses fonctions. La Minustah avait été mise en place après l’insurrection de 2004 qui avait chassé Jean-Bertrand Aristide du pouvoir et plongé le pays dans une longue instabilité. L’opération, prolongée après le séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010, devait également veiller au bon déroulement des élections générales de 2010-2011 qui visaient à rétablir l’ordre constitutionnel dans ce pays.

Côte d’Ivoire, 2010, ONUCI

Une ONG britannique effectue un sondage auprès d’une dizaine de jeunes filles dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, alors occupée par des groupes rebelles qui divisent le pays en deux depuis 2002. Huit de ces jeunes filles reconnaissent avoir eu des rapports sexuels, en échange de nourriture, avec des soldats béninois de la force militaire des Nations unies (ONUCI), mise en place en 2003. Ce n’était pas la première fois que la mission onusienne en Côte d’Ivoire, constituée de près de 8 000 hommes representant une cinquantaine de pays, recensait ce genre de scandale. Déjà en 2009, des soldats marocains étaient reconnus coupables de viols, de pédophilie et autres abus sexuels avant d’être renvoyés dans leur pays.

République démocratique du Congo, 2009, MONUC

La Mission de maintien de la paix des Nations unies en République démocratique du Congo (MONUC, mise en place en 2009 et transformée en Monusco en juillet 2010) recense 10 cas d’abus sexuels de viols et de pédophilie. Quatre soldats marocains, reconnus par leurs victimes, sont incarcérés. Entre décembre 2004 et août 2006, des soldats de cette même mission ont été mis en cause dans 140 cas portant sur des abus sexuels.

Burundi, décembre 2004, ONUB

Deux soldats de la Mission des Nations unies au Burundi sont suspendus en décembre 2004 à la suite à des allégations de « mauvaise conduite sexuelle ». Quatre soldats éthiopiens sont arrêtés pour les mêmes faits. L’ONUB s’était installée au Burundi sept mois plus tôt, en mai, afin d’œuvrer à l’établissement d’une paix durable : le pays peinait à se remettre d’une décennie de guerre civile.

D’autres abus sexuels sur des mineurs impliquant des soldats de maintien de la paix de l’ONU ont été également été recensés au Liberia, au Soudan, au Liban, au Kosovo et en Bosnie. Mais les Casques bleus ne sont pas les seuls à être régulièrement accusés d’abus sexuels. Dans un rapport publié en 2014, l’ONG Human Rights Watch accusait des soldats de la Mission de l’Union africaine déployée en Somalie d’avoir abusé et exploité sexuellement au moins 21 femmes et jeunes filles.

Roland N’Dekploman

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/04/29/cinq-scandales-qui-ont-eclabousse-les-casques-bleus-de-l-onu_4625394_3212.html#CW7zsytTeIH355zw.99

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire