TP OK Jazz: le souvenir d’un gâchis que même le Maréchal Mobutu n’a pu empêcher

6 juin 1956 – 6juin 2015. Le destin, d’abord avec la mort de son patron, le Grand Maître Luambo Makiadi Franco, le 12 octobre 1989 en Belgique et ensuite, avec la malencontreuse saute d’humeur de la Succession Luambo, en a décidé autrement.

C’est en janvier 1993 que la représentante de la Succession précitée a mis en marche son plan de défénestration de Lutumba. Simaro de la présidence du « T P OK Jazz post-Franco.

La chose ne leur ayant pas plu, les principaux collaborateurs du Poète », en l’occurrence les Josky Kiambukuta, Ndombe Opetum, Makoso et autres Lokombe, l’ont encouragé à claquer la porte.
 Simaro Masiya l’a fait, entraînant à sa suite tous les musiciens du TP OK Jazz, à l’exception de trois, à savoir les chanteurs Fukiau Pepito et Bulité ainsi que le guitariste Porthos.

Le groupe « Bana OK était ainsi créé. De son côté, perçu comme un patrimoine national, le TP OK Jazz prenait la voie du cimetière. Le chanteur Youlou Mabiala appelé pour relancer l’orchestre a fini par jeter l’éponge.

Pourtant, des efforts avaient été engagés d’abord pour empêcher Lutumba Simaro de partir puis, pour le ramener au bercail, à l’annonce de la création de Bana OK.

Ces efforts ont buté, dans un premier temps, sur l’entêtement de la représentante de la Succession Luambo Makiadi qui ne voulait point entendre raison, se larguant d’être une « dame de fer ».

Ngongo Luwowo, alors ministre de l’Information, avait réuni les deux parties en conflit dans son cabinet de travail.

La rencontre s’est terminée en queue de poisson. Gérard Madiata et d’autres personnalités ont offert leur médiation. Sans succès.

Sentant finalement la terre se dérober sous ses pieds, la « dame de fer » avait reculé et demandé pardon par personnes interposées à Lutumba. Mais, ce dernier, qui avait bu le calice de l’humiliation jusqu’à la lie, a campé sur ses positions.

D’aucuns l’avaient perçu comme un Jocker pour régler le dossier, le Maréchal Mobutu n’y est pas parvenu non plus.

En effet, à l’occasion d’une production à Gbadolite, Sese Seko avait reçu à sa table Lutumba Simaro et ses collaborateurs.

L’occasion de demander à son hôte principal, le « Poète », de regagner la maison TP OK Jazz.

Mais, Simaro Masiya a expliqué au Maréchal du Zaïre que la crise de confiance était telle qu’une cohabitation avec la Succession Luambo Makiadi n’était plus envisageable.

Convaincu, le Président de la République avait donné sa bénédiction à Bana OK. Avec promesse (non tenue) de lui offrir un bar; un bus et un matériel de musique.

En ce jour où l’on devait souffler les 56 bougies de l’orchestre orphelin Luambo Makiadi, on en est à regretter le gâchis occasionné par sa succession. Dommage.

Kale Ntondo/Visa

1 Commentaire

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire