De vives tensions en Afrique du Sud suite à la mort d’un étudiant congolais

Les tensions sont vives dans le quartier informel de Mandela Park du Cap après l’assassinat cette semaine d’un homme de nationalité congolaise.

La PANA rapporte que Nchikala Ngoy, étudiant de 23 ans à l’Université du Cap, a été poignardé à huit reprises tout en étant dépouillé de son téléphone portable et de son portefeuille mercredi soir. Ngoy, qui a déménagé au Cap à partir de Kinshasa, en Rdc, il y a un an, n’a pas de famille immédiate en Afrique du Sud.

Des centaines d’étrangers ont réagi avec colère aux nouvelles de l’assassinat et ont défilé jeudi dans les rues de la commune à la recherche des auteurs.  Bien que les assaillants sont toujours en liberté, les étrangers ont fait appréhender un homme soupçonné de mener un assassinat séparé et l’ont remis à la police.

Le résident de Mandela Park et de nationalité zimbabwéenne, Robert Nyatora, a appris à la PANA qu’à la suite de la récente flambée de xénophobie en Afrique du Sud, les étrangers ont commencé à se regrouper pour se protéger.

« Nous en avons assez. Lorsque l’un de nous est ciblé, nous nous réunissons. Le problème est que nous (les étrangers) travaillons dur, mais ce sont les habitants paresseux qui nous pillent et nous attaquent « , a-t-il déclaré.

La police a décrit vendredi la situation comme étant calme mais tendue.

La police sud-africaine et les soldats continuent de cibler les auteurs de violences xénophobes, en particulier dans les provinces de Gauteng et KwaZulu-Natal où la xénophobie a éclaté récemment

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire