Alors qu’il s’attendait être accueilli à l’aéroport par le président angolais José Eduardo Dos Santos, Hollande a été surpris de voir que seul  le ministre Angolais des affaires étrangères Georges Rebelo Chicoti et quelques gardes ont été là pour l’accueillir.  Plus de cortège, de chants et de danses comme cela a été fait dans les autres pays africains.
François Hollande a été accueilli de la manière la plus simple, comme un simple diplomate.  C’est de cette façon que la France accueille les présidents africains mais Dos Santos a fait un peu trop. Il a fait patienter le président français pendant des bonnes heures avant d’organiser leur premier rencontre.

Hollande, un simple mendiant devant Dos Santos

Alors que la France impose sa dictature et pile l’Afrique francophone, ici le président français fait les yeux doux devant son homologue angolais comme l’a fait Sarkozy à Khadafi. Il est parti pour mendier, donc il doit jouer bien son rôle.  C’est ainsi que François Hollande ait décidé de parler d’amitié et de réconciliation avant de présenter ses multiples projets auxquels il compte encaisser plus d’un milliard de dollars.