Le verdict est tombé, samedi 16 mai, dans l’affaire qui opposait Kabamba Mulangi, l’ancien directeur général de DHL pour la RDC, au transporteur international. Le tribunal du travail de Kinshasa a condamné DHL à verser plus de 1,6 million de dollars à son ancien employé au titre d’indemnités de fin de service. Mais l’affaire n’est pas terminée, un recours reste possible. Par ailleurs, une plainte pour malversation déposée par DHL court toujours contre Kabamba auprès du parquet général de La Gombé.

DHL doit verser plus de 1,64 million de dollars à Kabamba Mulangi, son ancien directeur général pour la RDC, au titre des indemnités de fin de service qu’on appelle décompte final. Cette somme a été calculée par des experts et confirmée samedi 16 mai par le tribunal du travail de Kinshasa qui avait été saisi après un échec de conciliation à l’Inspection du travail. A compter de ce verdict, DHL a trente jours pour s’exécuter.

Les deux parties auraient décidé de faire appel du jugement. Les avocats de Kabamba considèrent que le tribunal a ignoré les dommages et intérêts de 11 millions de dollars, réclamés en faveur de leur client, alors que DHL parle d’une somme exagérée allouée à son ancien employé. Les avocats de la multinationale ont eux déjà saisi le parquet de La Gombé contre Kabamba Mulangi, pour malversations.

Ce deuxième dossier, qui est lui encore sous examen, était destiné à bloquer le processus du tribunal du travail, selon les avocats de Kabamba Mulangi, qui parlent d’une action vexatoire avec des preuves qui ne sont pas avérées. Pour certains observateurs, la solution de cette affaire ne pourra être que négociée.

Via RFI