[…] L’agence Reuters dans un récent article daté du 7 mais 2015, cite Rinaldo Depagne, le directeur de projet Afrique de l’ouest de International Crisis group, selon lequel Hamed Bakayoko est en train de prendre des mesures pour contrecarrer l’influence de Soro au sein de l’armée. 

«Hamed Bakayoko a pris le contrôle total de la police et possède une forte relation avec le chef des services d’Intelligence…Il pense avoir besoin de ces forces pour lui-même» indique monsieur Depagne.
Toujours selon Reuters, les anciens rebelles ont renforcé leurs positions dans l’armée, rendant le statut quo difficile à résoudre pour le président Ouattara et les autorités civiles.

«Ces choses seront problématiques les cinq prochaines années. Elles auraient dues être solutionnées depuis 2011 ou 2012 au plus tard. Il faut y aller lentement désormais, il y a risques d’explosion avec le risque d’un retour aux années de crise. Ce que personne ne souhaite », des propos d’un diplomate occidental en Côte-d’Ivoire interrogé par Reuters.

Source et article complet : Connecctionivoirienne