Une drague exploite illegalement dans la concession de cette entité sur la rivière Sankuru.

La Minière de Bakwanga, MIBA en sigle, devenue société anonyme depuis le 15 septembre 2014 conformément aux recommandations de l’OHADA (Organisation pour l’harmonisation des droits des affaires en Afrique) n’est pas encore sortie du bourbier.

Plus grave le contrat d’amodiation qu’elle a signé en date du 10 février 2015 avec » Mercure Ressources DRC » qui est la branche de la firme chinoise » FAMETAL » vient de l’enfoncer dans l’abîme.

Contracté au mépris de la loi et des statuts de la société, ce fameux partenariat a non seulement brisé la cohésion au sein du Conseil d’administration, mais il est également à la base de l’exploitation irrégulière dans la concession de la MIBA sur la rivière Sankuru.

Une drague attribuée au Ministre des Mines et au Gouverneur de province du Kasaï Oriental y opère. Les recettes générées par cette activité illégalement privée ne prennent pas la direction du Trésor public.

Cette exploitation sur la rivière Sankuru n’est pas de nature à favoriser la relance de la MIBA comme l’avaient envisagé les dirigeants de cette société en acceptant l’amodiation de ses périmètres sur le Sankuru.

Dans la recherche des voies et moyens, l’option fut levée au niveau de la MIBA de faire exploiter ses concessions moyennant des redevances comme droits d’accès.

La société FAMETAL, localisée dans la province de Shanghai en Chine, mais présente en RDC à travers » Mercure Ressources DRC » s’est intéressée au partenariat.

Malheureusement celui-ci n’a pas été finalisé dans la transparence du fait que le contrat d’amodiation assorti d’un prêt de 4.000.000 $US a été, d’une part, signé sans être soumis au préalable à l’examen et approbation du Conseil d’Administration. Ce n’est pas pour rien que le DG Kazadi Mabika, Ancien de la Sengamines, a écopé d’une suspension pour avoir engagé la société à l’insu du PCA le Pr Tshibangu.

A l’heure qu’il est, l’Ingénieur Kazadi est en conflit judiciaire avec les autres membres du Conseil d’Administration qu’il a accusés auprès du PGR.

D’autre part, le Président de l’Assemblée nationale a donné son aval à ce contrat à travers son Directeur de cabinet qui en avait parrainé la signature intervenue au Palais du peuple le jour que la délégation de FAMETAL était venue lui présenter ses civilités.

La passivité d’Aubin Minaku sur le dysfonctionnement qui a élu domicile à la tête de la MIBA étonne plusieurs députés nationaux.

Ces derniers n’en reviennent pas en apprenant que le premier des élus du peuple a signé aussi d’autres autorisations permettant à un autre groupe de Chinois non autrement identifié d’exploiter et de placer une drague en toute illégalité sur les lits de la rivière avec le soutien du gouverneur Ngoyi Kasanji et d’autres autorités. Martin Kabwelulu n’ignore pas cette situation.

Dommage que les choses se passent sans aucun souci de redressement de la MIBA. La confusion est créée autour de ce contrat qui n’est pas précis.

On se trouve devant deux contrats fusionnés (un contrat de prêt et un contrat d’amodiation) accroissant indument les obligations de cette société anonyme sans réelle contrepartie.

Par MKM