Matata Ponyo relève le reste à faire

Face aux avancées significatives enregistrées, le Premier ministre s’engage à améliorer le climat des affaires, la gouvernance et à maintenir la trajectoire en vue des retombées considérables sur le vécu quotidien des Congolais

Tous les éloges lancés hier mercredi 25 mars à l’action gouvernementale n’ont pas poussé le Premier ministre à une autosatisfaction et un optimisme béat. Bien au contraire ,Matata Ponyo s’est déterminé d’aller de l’avant en prenant l’option de garder la bonne trajectoire dans le but de maintenir le cap et d’arriver à l’amélioration au quotidien de la croissance inclusive.

Ainsi ,le Chef du gouvernement s’est engagé à améliorer le climat des affaires et à militer en faveur de la bonne gouvernance .Le Premier ministre a reconnu lui-même que beaucoup reste à faire au regard du bilan de l’action gouvernementale reconnu positif par divers milieux .

C’est dans le cadre d’une émission de TV enregistrée hier à l’Auditorium de Kempinski Hôtel Fleuve Congo que le Premier ministre est arrivé à cette conclusion après les interventions des bailleurs au développement et de certains ministres de son gouvernement retenus pour la circonstance.

Augustin Matata Ponyo, dit Mapon, a relevé que le chemin parcouru de 2001 jusqu’à ces jours enregistre des avancées significatives, à l’instar de l’augmentation du PIB de l’ordre de + de 600$ et de la diminution du niveau de la pauvreté .Il a aussi brandi les indicateurs économiques pour bien se justifier.

Le taux de croissance est de 9,5%,le taux d’inflation le plus bas depuis 1960 (1%),le taux de dépréciation stable (0%) et la balance de paiement en hausse depuis 2012.Le retour de la paix avec l’éradication de certaines forces négatives comme le M23 ,ADF/NALU et les LRA a engendré ,pour l’homme à la célèbre cravate rouge, cette stabilité macro-économique .

Ayant déjà parlé du bilan de son gouvernement, peu avant le délai de grâce de 100jours, après la publication du résultat de l’indice du développement humain (IDH),Matata Ponyo a accepté à nouveau de communiquer sur base de trois recommandations.

La première émane du Premier Directeur général adjoint du FMI qui, impressionné par les progrès réalisés, a demandé à Mapon de communiquer davantage la position de Top 3 mondial de croissance économique occupée par la RDC. Maktar Diow de la Banque mondiale et Soumare du PNUD avaient émis le même avis que David Lipton du FMI.

Paix, sécurité et développement

Le Représentant spécial de la MONUSCO a davantage insisté sur le bien-fondé de la paix et de la sécurité pour la promotion du développement et de l’économie. Non seulementla circulation des biens et des personnes est assurée mais ces paramètres favorisent aussi la prospérité.

Martin Köbler demande ainsi au gouvernement de reprendre langue avec la MONUSCO de manière à renouveler le partenariat pour mettre à bout les FDLR qui restent pour le moment comme les forces négatives nuisibles en présence à l’heure actuelle.

Ayant contribué efficacement à l’anéantissement des mouvements rebelles étrangers opérant en RDC et d’autres groupes armés, la MONUSCO compte bien participer à l’opération lancée contre les nébuleuses FDRL au nom de la protection des civils en rapport avec son mandat.

La représentation onusienne souhaite ardemment coopérer avec le gouvernement qu’elle attend voir respecter les Droits de l’homme, de manière à ne plus offrir des scènes du genre de celles enregistrées lors de folles journées des 19,20 et 21 janvier derniers.

L’Ambassadeur de l’Union européenne en RDC a touché à cette trilogie » paix, sécurité et développement » lors de son intervention.

La plupart des projets financés par l’UE concernent la paix, les Droits de l’homme, l’enracinement de la démocratie, le développement durable, la santé et la justice.

L’Ambassadeur Michel Dumont s’est du reste félicité de la contribution de l’Europe des 28 à l’érection de la cité de la justice ,le regroupement de divers services du domaine judiciaire dans un complexe nouvellement construit au niveau du Palais de justice ,afin d’aider le peuple congolais à prendre en main son destin et se développer. Connaissant le rôle de la justice dans une nation à la recherche du mieux-être de sa population.

Santé,Education,Population

Le ministre en charge de la Santé en RDC s’est réjoui des avancées enregistrées dans son secteur à savoir l’éradication de la poliomyélite, la meilleure expertise pour la riposte de la fièvre Ebola ,la réduction du taux de décès des enfants de moins de 5ans (104 décès pour 1000 naissances),56% de la population protégée contre le paludisme à l’aide des moustiquaires imprégnées ,couverture vaccinale de l’ordre de 45%.

A côté ses progrès ,Dr Felix Kabange Numbi a indiqué le souci du gouvernement d’équiper les infrastructures de santé nouvelles et anciennes, dans le programme pour la plupart de modernisation.

Tout en saluant ces avancées, le Représentant de l’UNICEF recommande plus d’efforts vis-à-vis des mères en consultation prénatale du fait que le VIH continue à être un sérieux problème de santé publique.

Concernant l’éducation, Maker Muangu Famba a signalé la présence de 17millions d’élèves en 2012 contre 7millions en 2001, soit une augmentation de 133%. Le gouvernement continue, à l’en croire, avec son programme de 1000 écoles par an et l’accent particulier sur l’indice de parité et la mesure de gratuité en application dans certains coins du pays.

De son côté, le Représentant de l’UNESCO tout en saluant le quota réservé à l’Education de l’ordre de 16% dans le budget national, il souhaite voir celui-ci atteindre 20% conformément aux normes internationales. Il a aussi plaidé pour l’effectivité de la gratuité de l’enseignement sur l’ensemble du territoire national.

Quant à la population, Mme Keita de l’UNFPA en a fait allusion quand elle a défendu l’initiative du ministère du Plan sur le recensement de la population et habitat.

Une démarche tout à fait scientifique devant aider le gouvernement à avoir une idée exacte sur l’ensemble de la population. Elle aussi plaidé pour le planning familial et la reconversion des jeunes de la rue en véritables unités de production. Sous ce chapitre, il convient aussi de placer un mot sur tous les efforts entrepris dans le cadre de la réforme de la

Fonction publique avec l’appui de la France. Le recensement dans ce secteur a permis la bancarisation de 700.000 agents. Il a été créé l’Ecole nationale de l’administration dans le but de rajeunir la Fonction publique .La caisse de retraite est aussi mise sur pied.

Agriculture, routes et infrastructures

Le coordonnateur du parc agricole de Bukanga-Lonzo annonce la merveille que va procurer cette structure d’ici l’année prochaine avec la récolte des légumes. Pour lui, Bukanga-Lonzo va changer le dynamisme de la RDC, considérée comme pays stratégique pour le développement de l’Afrique par le FMI qui se dit prêt à reprendre le programme avec le gouvernement Matata de manière à déclencher les activités économiques à travers ce sous-continent.

Il compte contribuer à la mobilisation responsable des recettes de manière à accompagner l’investissement dans le social et la construction des infrastructures.

Concernant les routes dont l’importance n’est pas à démontrer dans la consolidation de la paix. Des routes réhabilitées permettent de relier 72 territoires à l’intérieur du pays. L’UE très active dans ce domaine finance la construction d’une route de cohésion nationale qui va désenclaver plusieurs localités.

La Banque Mondiale se signale aussi efficacement dans ce secteur du fait qu’elle est aussi présente dans le financement du transport, l’une des composantes de l’économie et du social. Bahati Lukwebo qui l’a dit ainsi, au nom de son collègue Kalumba en déplacement, a annoncé le premier vol de Congo Airways pour le 30 juin, l’achat de nouvelles locomotives neuves destinées à la SNCC, l’essaimage de TRANSCO à travers les provinces, la relance du train urbain à Kinshasa, la fluidité des ports et la recertification des compagnies aériennes.

Le représentant de la BAD a eu, pour sa part, l’occasion de souligner l’importance du capital confiance qu’il faut consolider.Les intervenants ont parlé devant l’assistance constituée des députés, sénateurs, membres de la société civile et plusieurs autres invités du Premier ministre.

Par MKM

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire