En RDC, les femmes sont moins connectées que les hommes en matière de téléphonie mobile

Plus de 1,7 milliard de femmes dans les pays à revenus faible et intermédiaire ne possèdent pas de téléphones mobiles. En RDC, l’écart entre les sexes en termes de possession d’un mobile est de l’ordre de 33 %. C’est ce que révèle une enquête conduite par la GSMA et publiée en mars.

Le rapport de la GSMA, intitulé : « Combler le fossé entre les sexes : l’accès au mobile et son utilisation dans les pays à revenus faibles et intermédiaire », examine la possession de téléphones mobiles chez les femmes, ainsi que les obstacles à l’adoption et à l’utilisation du téléphone portable. L’enquête identifie également les opportunités exploitables qui pourraient permettre aux acteurs de l’ensemble de l’écosystème mobile d’accélérer l’adoption des technologies mobiles par les femmes.

Le marché de la téléphonie mobile en RDC
La RDC est un marché en grande partie non pénétré, avec un taux de pénétration de 30 % seulement en termes d’abonnés uniques. L’écart entre les sexes est estimé à 33 %, ce qui correspond à une différence de 4 millions entre le nombre d’hommes et de femmes équipés, au détriment des femmes. L’usage de services mobiles se limite principalement aux services de base (8% seulement des connexions sont 3G). Le revenu moyen par abonné est en baisse à un rythme de 4 % par an. Le marché est très concurrentiel avec sept opérateurs, dont deux contrôlent ensemble plus de la moitié du marché.

L’impact des normes sociales
Les femmes manquent généralement d’autonomie en matière de téléphonie mobile, ayant rarement un rôle dans le choix de leur mobile ou dans son achat et payant peu souvent leur crédit téléphonique elles-mêmes, indique par ailleurs GSMA. L’utilisation du mobile par une femme est en outre souvent contrôlée, certains maris craignant que leur femme ne se laisse entraîner par d’autres hommes.

D’après le rapport, les cinq principaux obstacles à la possession de téléphones mobiles par les femmes, d’un point de vue de la demande, sont le coût ; la qualité et la couverture du réseau ; la sécurité et le harcèlement par téléphone mobile ; la confiance envers l’opérateur ou l’agent ; et les inquiétudes relatives aux connaissances techniques et à la confiance. Les normes et les disparités sociales entre les hommes et les femmes en termes d’éducation et de revenu influencent l’accès des femmes à la technologie mobile et leur utilisation, contribuant souvent à ériger au-devant des femmes des obstacles vis-à-vis de la possession de téléphones mobiles et de leur utilisation avec plus d’acuité que les hommes.

Avantages des téléphones mobiles pour les femmes

Le rapport constate que les téléphones mobiles sont des outils importants pour améliorer la vie des femmes dans les pays à revenus faibles et intermédiaires. Parmi les milliers de femmes, propriétaires ou non d’un téléphone mobile, interrogées dans le cadre de cette enquête dans 11 pays :

  • Au moins 89 pour cent affirment que le téléphone mobile les aide ou les aiderait à rester en contact avec les amis et les proches ;
  • Environ 74 pour cent ont déclaré qu’un téléphone mobile permet ou permettrait de gagner du temps ;
  • Environ 68 pour cent des femmes ont déclaré qu’elles se sentent ou se sentiraient plus en sécurité avec un téléphone mobile ;
  • Au moins 58 pour cent ont déclaré qu’elles se sentent ou se sentiraient plus autonomes et indépendantes ;
  • Au moins 60 pour cent des femmes dans 10 des 11 pays affirment que posséder un téléphone mobile leur permet ou permettrait d’économiser de l’argent, et au moins 60 pour cent des femmes dans chaque pays pensent qu’un téléphone mobile aide ou peut aider à faire des courses de façon soit plus commode soit moins coûteuse.

Avantages sociaux et économiques

Le rapport a conclu que la réalisation de la parité en matière de possession et d’utilisation de téléphones mobiles entre les hommes et les femmes dans les pays à revenus faibles et intermédiaires pourrait apporter des avantages socioéconomiques, tels que de nouvelles possibilités d’éducation et d’opportunités d’emploi, à 200 millions de femmes ; pourrait créer une opportunité de marché d’un total estimé à 170 milliards de dollars US pour l’industrie mobile en 2020 ; et fournir une contribution économique positive à la société.

L’étude principale sur le terrain a été menée dans 11 pays : la Chine, la Colombie, la République démocratique du Congo (RDC), l’Égypte, l’Inde, l’Indonésie, la Jordanie, le Kenya, le Mexique, le Niger et la Turquie, et incluait des enquêtes auprès de 11 000 hommes et femmes (aussi bien propriétaires et non-propriétaires de téléphones mobiles), environ 80 discussions de groupes et des entretiens avec plus de 120 experts. Les conclusions de cette étude, combinée avec des sources secondaires, ont été utilisées pour estimer la disparité entre les sexes en matière de possession de téléphones mobiles dans les pays à revenus faibles et intermédiaires, et pour identifier les tendances et les recommandations qui aideront les parties prenantes à garantir que les femmes aient accès à la technologie mobile et bénéficient de son utilisation.

Le rapport complet est disponible à cette adresse : www.gsma.com/gender-gap-2015.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire