Un trafiquant de restes humains se fait pincer à l’aéroport international de Bujumbura. Il expédiait des crânes, probablement originaires de la République démocratique du Congo en Asie. Enquête sur un nouveau type de trafic dans The Daily Beast.

Le scanner des douanes burundaises a permis de découvrir les crânes envoyés par un marchand d’art italien en Thaïlande. Il stockait en outre une quarantaine de crânes dans son bureau. Il aurait demandé 300 dollars par crâne. Il a été arrêté. Le dossier est toujours à l’enquête.

Pendant longtemps, c’est d’Inde et de Chine que provenaient les squelettes destinés aux facultés de médecine. Mais depuis la mise hors la loi de ce commerce dans ces pays en 1987 et 2008, l’Afrique semble avoir pris le relais, d’autant que les conflits des dernières décennies ont créé des ” gisements ” importants, notamment sous la forme de fosses communes.

Même là où ce commerce est légal, les prix sont élevés, de 2000 à 3000 dollars pour un squelette complet et les restes humains semblent naturellement intégrer les réseaux déjà existants de trafic d’or, d’ivoire et de drogue.

Lire l’enquête du Daily Beast