La première édition, entendue comme le rendez-vous des esprits créatifs, occupera une tente montèe dans le Complexe omnisport sportif Shark XI ou Shark club, l’ex-cercle sportif de l’Athénée de la Gombe, du 26 au 28 juillet

Le prochain évènement de la plate-forme Kinshasa Fashion Week (KFW) ne se limitera pas au du défilé de mode qui sera l’unique pôle d’attraction des deux premiers jours. En effet, place à l’exposition-vente le 28 juillet après que les lumières se sont éteintes et que la magie des mannequins et de leurs paillettes ont opéré sur le podium. Ici, les stylistes exposeront les collections vues pendant le défilé et divers autres créations dont des accessoires de modes feront partie des objets en vente. KFW pense, de la sorte, offrir une réelle opportunité d’échanges sur les plans culturels et professionnels entre créateurs de mode quitte à les mettre en contact direct avec la clientèle.

Plusieurs stylistes congolais de la diaspora se joignent à la dizaine de leurs homologues locaux pour le premier KFW. Car, estime la plate-forme, le développement du secteur de la mode congolaise sur le marché mondial passe par l’organisation d’évènements importants de ce genre. Aussi la participation de designers internationaux, des médias et des éventuels acheteurs servira-t-elle à le rehausser et lui donner un réel prestige tout en mettant en exergue l’identité du style congolais.

L’organisation veille sur chaque petit détail et, à ce niveau, elle dit n’avoir pas lésiné sur le choix des mannequins qui défileront sur le podium les 26 et 27 juillet. Lors du casting opéré le 8 juillet au parking du Grand Hôtel de Kinshasa, elle affirme avoir mis à profit cette journée entière à « dénicher les plastiques exceptionnelles conformes aux exigences des standards internationaux » que les tenues auront l’avantage de sublimer. Sur la centaine de jeunes gens qui sont passés au crible du comité organisateur, seuls quarante auront le privilège de défiler sur le podium du premier KFW, en raison de dix jeunes hommes et trente dames. Déjà à pied d’œuvre avec les stylistes, les quarante mannequins se préparent à offrir deux soirées glamours au Shark club.

Il sied de noter que KFW est une plate-forme née du souci d’offrir une vitrine au talent et à la créativité des stylistes congolais à l’échelle nationale et internationale. Il n’en reste pas moins qu’elle affiche clairement son ambition panafricaine. Partant de son objectif primordial, faire connaître et porter la mode congolaise sur la scène internationale, elle met dès lors un accent particulier sur l’émergence grandissante des marques africaines sur le marché international.

Nioni Masela