A quand la sortie de l’album « La parcelle m’appartient »

Parolier, auteur-compositeur et chanteur congolais vivant à Paris, Colombani Wa senga avait annoncé il y a quelques mois à notre confrère Jossat Mwanza d’AfriquEchos Magazine avoir achevé, avec le concours de Philippe Guez, les travaux de réalisation de son album intitulé « La parcelle m’appartient » qui renferme 9 titres dont la chanson « Liyanzi ebima » est déjà disponible sur Youtube. Cet opus devrait sortir dans les bacs depuis le 25 novembre 2011.

Depuis lors, deux années viennent de s’écouler rien n’est fait si bien que les mélomanes kinois continuent d’attendre la sortie de cet opus qui, à notre sens, nous savons que cet opus renferme de nombreuses mélopées qui ne vont pas manquer de retenir l’attention des mélomanes. Ceci, parce que nous connaissons comment le patron de l’orchestre « Méga Sonic » écrit ses chansons.

Suivez, néanmoins ce qu’a dit notre confrère à ce propos : « Celui que notre confrère Lilo Miango a surnommé « le nouveau poète », se démarque par ses textes bien fignolés, ses petites phrases et proverbes riches en enseignement, qui ne laissent personne indifférent. « Cet album est un défi contre moi-même », promet-il, « les gens sauront que je suis poète et (que ce n’est) pas par complaisance »

Certes, le nom de Colombani Wa Senga n’a jusqu’ici pas été inscrit sur les albums ou sur la fiche technique ou encore moins sur la liste des invités des artistes auxquels il a cédé des chansons. C’est le cas, parmi tant d’autres, de Papa Wemba qui l’a, en revanche, souvent cité dans ses chansons, en signe de reconnaissance.

Cet artiste qui, à ce jour, en est à son deuxième album après « Preuve par 9 » et qui pense avoir « seulement manqué de chance jusque-là » appartient à la lignée des paroliers qui ont richement nourri de nombreuses célébrités congolaises. Une lignée dans laquelle on retrouve Félix Wazekwa, Didier Milla Banjo, Le Karmapa, ou encore Pascal Phoba, Do Akongo, Nzuzi Makambo ». Qu’on se le dise.

Kingunza Kikim/Jossart Muanza

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire