Des militaires belges à la rescousse de quelques ponts congolais

Les militaires belges du génie déployés durant quatre mois à Kindu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), ont mis cette période à profit pour apporter leur expertise en matière de construction de ponts, un des points faibles du réseau routier congolais.

Ils ont ainsi, avec l’aide de l’armée congolaise, reconstruits une demi-douzaine de ponts sur des axes routiers rayonnant au départ du chef-lieu de la province du Maniema.

Certains de ces (petits) ponts étaient en passe de s’effondrer sous l’effet conjugué du trafic des poids lourds souvent surchargés et des fortes pluies, qui gonflent en peu de temps le moindre ruisseau.

Budget insuffisant

À chaque fois, explique le commandant du détachement, le capitaine Éric (prénom seul, pour des raisons de sécurité), les autorités locales sont sollicitées afin de fournir un financement voire une partie des matériaux, au nom de l’appropriation. Une partie du bois utilisé pour construire ces ponts est quant à elle facile à trouver sur place, en abattant quelques arbres puis en les dégrossissant.

Mais ces moyens sont parfois difficiles à obtenir dans un pays grand comme 80 fois la Belgique, dont le budget de l’État n’atteint que six milliards de dollars en 2016 avec une réduction prévue en 2017 à 4,5 milliards de dollars – l’équivalent de celui d’une grande ville belge – et où les provinces sont sous-financées.

Le dernier projet en date proposé par les militaires des 4ème et 11ème bataillons de génie, la rénovation du pont de l’université de Kindu (Uniki) – le moderne campus est situé à l’extérieur de la ville -, peine ainsi à se concrétiser. En dépit du fait qu’il menace de s’effondrer et que la route qui le surplombe dessert d’autres localités situées à l’ouest de Kindu ainsi que le camp militaire de Lokandu, à une cinquantaine de kilomètres de distance.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire