La CIRGL enquête sur des meurtres à la frontière RDC-Ouganda

Une délégation de la CIRGL a ouvert mardi 5 juillet des enquêtes sur les incidents enregistrés en mai dernier à la frontière entre la RDC et l’Ouganda. Il s’agit notamment de la mort de trois policiers ougandais au cours des affrontements avec les Forces navales congolaises au lac Albert.

Le vice-gouverneur de l’Ituri indique que ces enquêtes «vont également porter sur le cas d’assassinat de deux Congolais », dont l’un a été tué dans la localité de Toroko en Ouganda.

Selon lui, ces enquêtes vont permettre d’établir des responsabilités dans cette affaire.

L’on se rappellera que trois policiers ougandais ont été tués et deux autres grièvement blessés lors d’un accrochage avec des militaires de la Force navale congolaise, survenu samedi 21 mai sur la côte congolaise du Lac Albert en Ituri.

Selon le commandant second du secteur opérationnel de l’armée congolaise en Ituri qui a livré ce bilan, l’incident est survenu lorsque des soldats congolais, alertés par des pêcheurs, ont surpris des éléments de la police ougandaise en possession des biens des pêcheurs congolais qu’ils venaient de piller.

Des sources locales rapportent que des pêcheurs congolais qui cherchaient à regagner Tchomia après avoir passé la nuit en train de pêcher dans le lac ont été attaqués par des policiers ougandais qui les ont dépouillés de leur production et d’autres biens.

Alertés par les pêcheurs, les éléments de la Force navale congolaise en patouille dans la zone se sont mis  à la poursuite des policiers ougandais. Quand ils les ont repérés, ils ont échangé des tirs à l’arme lourde et légère.

Le commandant second du secteur opérationnel des Forces armées de la RDC (FARDC) en Ituri indique qu’au cours de cet accrochage, trois policiers ougandais ont été tués et un autre grièvement blessé. Le blessé aurait été acheminé à Bunia où il serait soigné. Du côté de l’armée congolaise, la même source parle d’un militaire blessé. Un membre de la société civile à Kasenyi et un agent de l’office de pêche affirme que le policier ougandais blessé a succombé à ses blessures. Ce qui aurait porté à quatre le nombre de policiers ougandais tués.

Aussi, le corps sans vie d’un pêcheur de la chefferie de Wagongo en territoire de Mahagi avait été repêché mardi 31 mai sur le lac Albert, côté ougandais. D’après la société civile de Mahagi, qui a livré cette information à Radio Okapi, la victime avait été tuée dimanche dernier par balles par des hommes armés non autrement identifiés.

L’administrateur du territoire de Mahagi, Jean Bosco Ngamubiem, a confirmé la mort de ce pêcheur. Selon lui, la victime était en pleine séance de pêche à bord d’une barque avec deux compagnons d’origine ougandaise lorsqu’un groupe d’hommes armés a surgi, à bord d’une pirogue.

Ces derniers leur ont ravi les poissons et le moteur de leur barque.  Pour s’être opposé à cette rafle, le pêcheur a été criblé de plusieurs balles, pendant que ses compagnons prenaient la fuite par nage.

Craignant des scènes de représailles, Jean Bosco Ngamubiem a appelé la population de Mahagi au calme, promettant de se rendre dans les prochains jours dans le district ougandais de Nebi afin d’échanger avec les autorités locales sur cet incident et promouvoir la cohabitation pacifique entre les communautés frontalières.

Ce meurtre est intervenu un jour après le rapatriement dans leur pays des corps des trois policiers ougandais, tués samedi dernier dans un accrochage avec des FARDC sur le lac Albert.

MMC

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire