L’ANR au coeur d’une controverse à Lubumbashi

L’Agence nationale des renseignements (ANR) est au coeur d’une controverse à Lubumbashi, suite à la détention, depuis plus d’un mois et sans droit de visite, de George Mawine, membre du Front citoyen et partisan de l’Unafec, parti de Gabriel Kyungu.

George Mawine s’était présenté chez un officier de police, à Lubumbashi. Il était allé solliciter une équipe de policiers qui pouvait sécuriser le quartier où il habite. Ce quartier serait fréquenté, la nuit, par des malfaiteurs. Sur les entrefaites, l’officier de police releva une anomalie sur le véhicule de son visiteur. La plaque d’immatriculation n’était pas conforme à la législation congolaise. Une brève discussion s’en suivit et voilà George Mawine arrêté, sur le champ, avant d’être conduit à l’Agence nationale des renseignements.

La section locale du bureau conjoint des Nations unies pour les droits de l’homme s’est intéressée au dossier, mais ses membres ont été rabroués par un des responsables de l’ANR Lubumbashi. « Ce n’est pas à la Monusco d’apprendre aux Congolais comment appliquer leurs lois », aurait tout simplement répondu ce responsable.

Lambert Mende, porte-parole du gouvernement dit ne pas être au courant de cette affaire. A Lubumbashi, à part le bureau conjoint des droits des Nations unies pour les droits de l’homme, aucun officiel n’est en mesure de confirmer, ni d’infirmer la version des faits.

Avec RFI

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire