Ces derniers avaient, lors d’une plénière en juin dernier, prononcé la déchéance de M. Mbayo ainsi que du questeur du bureau de l’assemblée provinciale en brandissant une motion de défiance contestée.

Samedi, alors que Benoit Mbayo et les membres du bureau s’apprêtaient à faire leur entrée à l’hémicycle, ils ont été empêchés par les députés provinciaux contestataires. Il s’en est suivi une bagarre entre les députés qui soutiennent le président et ses opposants, avant que la police n’intervienne et parvienne à faire hisser Benoit Mbayo sur le perchoir.

D’après des témoins sur place, Benoit Mbayo n’a pas pu lire son discours. A chaque fois qu’il tentait de le faire, son texte lui était arraché par les députés frondeurs qui ont assiégé le bureau.

Le président de l’assemblée provinciale du Tanganyika a minimisé l’incident. « C’est une réaction parlementaire, on comprend. Nous avons ouvert bel et bien la session qui commence, et lundi nous aurons déjà une conférence des présidents », a affirmé M.Bayo à Radio Okapi.

C’est le vice- président de l’assemblée provinciale, Leon Mulumba Masudi Kahengele, qui a finalement prononcé le discours de la rentrée parlementaire après le départ du président Mbayo et son groupe.

Il affirme assurer l’intérim, soutenant que Benoit Mbayo a bel et bien été déchu. Il promet des élections pour élire le nouveau président. «  Bientôt là, nous allons convoquer la réunion des honorables présidents. Il n’y a pas deux têtes, il n’y a qu’une seule tête, puisque la première tête a été déjà déchue. Donc j’assume l’interim. Et après un temps, des élections seront organisées pour élire le nouveau président de l’assemblée provinciale » a-t-il martelé à la tribune de l’assemblée provinciale.

Avec Radio Okapi.