La déclaration de la discorde. Hier, vendredi 29 septembre, le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU à voté un projet de résolution qui a pris à contre-pied les Etats-Unis. Initié par la République démocratique du Congo, présenté par l’Union Africain, le texte fecilite, entre autres les autorités de Kinshasa pour leurs efforts dans la pacification de la région du Kasaï, au sujet de l’enrolement des élections, tout comme sur des progrès réalisés dans le domaines des droits de l’homme.

Assez suffusant pour provoquer l’ire du représentant américain Jason Mack, qui s’est violemment attaquée aux autorités congolais notamment sur la situation des Droits de l’homme en République démocratique du Congo.

Il y a un an, le Conseil des droits de l’homme a demandé au gouvernement de la République démocratique du Congo de s’employer à prévenir toutes les violations du droit international humanitaire et des violations et violations des droits de l’homme en RDC et mener des enquêtes approfondies afin que les responsables de ces actes soient tenus responsable“, rappelle-t-il dans son discours tenu ce 29 septembre à Genève.

Malheureusement, regrette l’officiel américain, cela ne s’est pas produit, et la résolution dont nous sommes saisis aujourd’hui ne reflète pas les réalités sur le terrain.  “Nous continuons à recevoir des rapports sur des violations graves et des atteintes aux droits de l’homme, y compris les exécutions extrajudiciaires, les enlèvements et les disparitions, et les traitements ou peines cruels, inhumains et dégradants commis par des groupes armés et des forces de sécurité.“, annonce-t-il.

Le libellé de félicitation dans cette résolution est un affront aux souvenirs du citoyen américain Michael Sharp et de Zaida Catalan, qui ont été brutalement assassinés en RDC et dont les meurtres n’ont pas été étudiés de façon crédible à ce jour“, enfonce l’officiel américain.

Toutefois la colère des Etats-Unis au sujet de cette déclaration est surtout dirigée contre l’Union Européenne, qui semble avoir “driblé” les américains. En effet, avec 45 votes pour, une abstention (Corée du Sud) et un votre contre, celui seul des Etats-Unis, le score de ce projet de résolution sur la République démocratique du Congo est d’autant plus étrange qu’il a été soutenu par l’Union Européenne, qui a finalement choisi “d’isoler les Etats-Unis”.

Poursuivant sa longue large, M. Mack réitère l’opposition des Etats-Unis à voir la RDC intégrer le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU.  “Pour terminer, nous appelons de nouveau la RDC à reporter sa candidature au Conseil des droits de l’homme jusqu’à ce qu’il ait abordé ces graves problèmes avec son dossier des droits de l’homme“, dit-il.

Cependant, Appuyés par le groupe des treize pays africains du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, la République démocratique du Congo devrait faire son entrée au mois d’octobre au sein de l’institution onusienne. Un soutien assimilé à un « manquement inexcusable » à la défense des droits de l’Homme par les pays africains, selon Nikki Haley, ambassadrice des États-Unis à l’ONU.

Appuyée par le groupe des treize pays africains du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, la République démocratique du Congo attend impatiemment le vote final sur sa candidature qui va intervenir avant la clôture de cette 36ème session du Conseil des Droits de l’Homme.