Projet Grand Inga : La RDC assurée de l’accompagnement de la BAD et de l’UA

La Banque africaine de développement (BAD) et la Commission de l’Unité africaine (CUA) ont réaffirmé dernièrement à Kinshasa leur détermination à accompagner la République démocratique du Congo dans la réalisation de son projet du grand barrage hydroélectrique de Grand Inga appelé à fournir une électricité abondante et bon marché à une bonne partie de toute l’Afrique, grâce à son potentiel de 44.600 MN.

C’était à l’issue de l’atelier organisé conjointement entre l’Agence pour le Développement et la Promotion du grand Inga(A.D.P.I.), la Commission de l’Unité africaine et le groupe de la Banque de développement africaine dans la capitale congolaise, pendant trois jours, à la fin au mois dernier, du 25 au 27 juillet dernier afin de « faire le point sur l’avancement du projet et de fournir à la CUA et à la BAD des éléments à leurs interventions et à la promotion du projet », peut-on notamment lire dans le communiqué conjoint publié à l’issue de cette rencontre qui faisait suite à la « réunion de concertation» d’Addis-Abeba tenue le 11 mai dernier en recommandation d’une des résolutions de la 10ème session de la Commission Mixte entre la RDC et la RSA relative justement à la mise en œuvre du projet de Grand  Inga.

A l’issue des échanges qui ont porté sur des points principaux comme la politique énergétique de la RDC, les questions relatives au développement de ce projet sur les plans institutionnel, technique, commercial, juridique, financier, environnemental et social, les délégués de la CUA et de la BAD ont tenu à lever tout doute sur leur engagement. Question de mettre les choses bien au clair alors qu’on s’approche à grands pas de la désignation du développeur et que l’on continue à entendre çà et là quelques voix discordantes et quelques inquiétudes sur l’avenir du projet.

La commission de l’Unité africaine a réaffirmé que le projet Grand Inga est « un projet phare de l’agenda 2063 » de l’Union africaine. Et qu’en conséquence, elle lui apporte son appui pour son développement .Ses efforts vont se concentrer dans le renforcement des capacités des cadres et agents de l’ADPI et dans la promotion du projet auprès de tous les partenaires du développement auxquels ce projet est destiné.

Déjà reconnu comme leader financier du projet et participant depuis quelque temps déjà à pas mal de dépenses, la Banque africaine de développement a pour sa part réaffirmé sa disponibilité et son engagement à accompagner la RDC dans la préparation et la réalisation du projet Grand Inga. Elle s’est justifiée en précisant qu’il s’agit d’un projet « prioritaire, régional et intégrateur».

Et c’est pourquoi les participants à cet atelier ont reconnu l »utilité et la nécessité de tenir des réunions périodiques d’information rassemblant toutes les parties prenantes au projet partout où cela est nécessaire.

Les délégués de la CUA et de la BAD se sont félicité du travail de déblayage abattu par M. Bruno Kapandji, chargé de mission du chef de l’Etat pour ce projet et ce dernier s’est déclaré satisfait de l’engagement renouvelé de l’Afrique pour Inga et de la participation active de tous les participants parmi lesquels il y avait l »ambassadeur de la RDC à Addis-Abeba, le conseiller principal au collège juridique et administratif de la présidence de la République ainsi que le conseiller énergie du ministre de l’Energie et Ressources hydrauliques.

Luc Mabiala/La Cité Africaine

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire