Vers un report des élections en RDC

L’élection présidentielle en RDC, prévue pour fin 2017 afin de désigner un successeur à Joseph Kabila, risque d’être reportée en raison des violences de groupes armés dans le centre du pays.

La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a mis en garde contre un potentiel report des élections présidentielles en RDC, du fait de la recrudescence des violences dans le centre du pays. Ce climat d’insécurité entraverait en effet le travail de recensement et d’inscription des électeurs par le gouvernement.

Organiser des élections « à la hâte », dans le but de respecter une date, risque d’affaiblir la crédibilité du scrutin et de conduire à des violences, d’après le président de la Ceni, Corneille Nangaa. « Les violences dans la province centrale du Kasaï et d’autres contraintes logistiques risquent de compromettre l’intégrité du vote. »

Ce scrutin devait se tenir en décembre 2017 conformément à l’accord conclu le 31 décembre entre la Majorité et l’Opposition sous la médiation des évêques catholiques congolais. Il s’agissait déjà d’un report, comme le second – et dernier – mandat du Président Kabila prenait fin en novembre 2016.

De nombreux experts estiment qu’un second report risquerait de déclencher une nouvelle vague de manifestations violentes. Et ce d’autant que le pouvoir est accusé de manœuvrer pour garder les rennes du pays – des accusations qui ne sont pas sans fondement au vu de l’actualité politique des dernières semaines en RDC.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire