Ce séminaire, organisé sous le haut patronage du Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, à l’initiative du vice-Premier ministre Emmanuel Ramazani Shadary, est un forum national qui permettra au gouvernement central d’évaluer le travail des assemblées provinciales et de s’enquérir de la gestion des provinces auprès de leurs élus représentés par les bureaux, à l’instar de la Conférence des gouverneurs des provinces.

Dans son allocution devant les bureaux de toutes les Assemblées provinciales issues des élections de 2007 et celles sorties du découpage territorial, en séjour à Kinshasa pour la circonstance, le président de la chambre haute du Parlement a indiqué à l’intention des élus des entités provinciales que les sénateurs, bien qu’ayant un mandat national, sont l’émanation des provinces, étant élus au second degré par les députés provinciaux.

Dans le cadre de sa mission constitutionnelle de représentation des provinces, a-t-il dit, le Sénat peut consulter les présidents des assemblées provinciales et adopter des lois pour des situations concernant leurs entités respectives. De même que les Assemblées provinciales peuvent prendre des édits sur des matières relevant du pouvoir central, au profit de la stabilité des entités territoriales et de la nation toute entière.

Pour sa part, le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, a, dans son exposé, fait savoir aux participants que les questions majeurs de la République, sa protection et la protection des intérêts de sa population sont assurées par ses élus, notamment le Président de la République, les parlementaires et les députés provinciaux. «Les élus sont des gens à qui le peuple a accordé le pouvoir de vouloir, de faire et de prendre des décisions majeures en son nom et pour son compte. C’est une responsabilité», a-t-il dit, rappelant aux élus leurs missions tant administratives que de contrôle parlementaire et de légiférer.

Pour lui, ce séminaire va contribuer au changement dans la manière d’agir des élus provinciaux dans l’exercice de leurs missions pour le bien-être de toutes les composantes de leurs provinces. Aubin Minaku a encouragé les bureaux des Assemblées provinciales à s’améliorer par rapport à la proposition et au vote d’édits car, selon lui, ces institutionsprésentent un bilan négatif en matière de lois.

Prenant la parole au nom de ses pairs, le président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa, Roger Nsingi, a salué cette initiative qu’il a qualifiée de réarmement moral des bureaux de leurs institutions délibérantes pour la bonne marche et la bonne gestion des provinces. ACP