Première délégation à être reçue par le Chef de l’Etat dans le cadre des consultations post CENCO pour parachever les 2% de travaux laissés en suspens par les évêques, l’Opposition signataire de l’accord du 18 octobre a déposé sa candidature à la présidence du Conseil national de suivi de l’accord de la Saint-Sylvestre.

Invité de la rédaction sur Top Congo FM, Vital Kamerhe, chef de délégation de cette plateforme, s’est montré peu bavard sur le sujet. “L’opposition signataire a présenté une candidature aujourd’hui et nous laissons cela à la discrétion du président de la République qui va dévoiler le secret le moment venu“, a-t-il affirmé. Pour le président de l’UNC, la course au CNSA est ouverte à toutes les composantes. Elle l’est encore plus depuis la mort d’Etienne Tshisekedi.

Le poste du président du CNSA avait été donné au président Tshisekedi de façon consensuelle.Toutes les composantes ont reconnu les efforts qu’il a déployés pour la démocratisation de notre pays. Nous avons donné ce poste au président Tshisekedi intuite personae“, a-t-il rappelé.

A en croire ses propos, le prochain président du CNSA doit faire l’objet d’un consensus. Il se permet même d’établir un criterium. “Le président du CNSA doit avoir le poids nécessaire et l’expérience de la gestion de la chose publique pour faire le contre poids à la CENI et amener à bon port le processus électoral“.

Arrivé troisième à la dernière présidentielle après Étienne Tshisekedi et Joseph Kabila, Vital Kamerhe reste modeste et n’estime pas que ce poste lui revient de droit après la mort de Tshisekedi. Il pense que le plus important, c’est l’organisation des élections.