Accusé comme auteur moral des exactions de services de sécurité, le chef de l’Etat congolais est poursuit torture, meurtre, et massacres à répétition exécutés par ses services d’après le dossier de la plainte. La représentation de la CPI à Kinshasa signale que la Cour est en train d’analyser cette communication avant d’étudier la possibilité ou pas d’ouvrir les enquêtes.

«Le président Joseph Kabila n’est pas encore poursuivi par la cour pénale internationale», martele Me Patrick Tshibuyi Wa Tshibuyi Chargé de sensibilisation auprès de la CPI.

Toute fois, la démarche amenée par l’association pour la promotion de la democratie et du développement rentre dans le cadre normal du fonctionnement de la CPI qui autorise à chaque individu ou groupe d’individus de la saisir pour de faits graves qui n’ont jamais trouvé des solutions avec la justice locale, a renchéri Me Tshibuyi.