Quels ministres reconduire dans le gouvernement Samy Badibangi ?

 » LES POINTS  » respecte les normes scientifique et déontologique en matière de réalisation des enquêtes par sondages et tient à préciser que les résultats de ces enquêtes doivent être interprétés comme les rapports de force à la date de leur réalisation et non comme prédictifs des événements. Les commentaires repris dans ce rapport sont fait par les enquêtés et ne constituent en aucun cas nos analyses personnelles.
Aucune publication totale ou partielle de ce sondage ne peut être faite sans notre exprès accord.
Frédéric PANDA

SOMMAIRE
I. METHODOLOGIE DU SONDAGE
-  Conception questionnaire

-  Méthodologie
-  Précision relative à la marge d’erreur
II. RENSEIGNEMENTS GENERAUX
III. GRAPHIQUES
IV. annexe

I. METHODOLOGIE

a) Fiche technique
Cette fiche technique indique la méthodologie utilisée pour la collecte d’information sur le terrain.
o Sondage exclusif Les Points.
o Conception questionnaire : LES POINTS.
o Méthodologie : Sondage quantitatif par la méthode des quotas :
- Echantillon Général : 1.000 personnes, représentatives de la ville de Kinshasa, âgés de 18 ans et plus, constitué d’après la méthode des quotas (sexe, âge, Etat civil, profession) ;
-  Mode de récolte des données : face à face
-  Terrain d’application : Kinshasa
– Période : Mai 2012 à Sept. 2016

b) Précision relative à la marge d’erreur
Comme pour toute enquête quantitative, cette étude présente des résultats soumis aux marges d’erreur inhérentes aux lois statistiques.

INTERVALLE DE CONFIANCE A 95% DE CHANCE (voir ci-dessous)
Effectif 5 ou 95% 10 ou 90 % 20 ou 80% 30 ou 70% 40 ou 60% 50%
1000 1,4 1,8 2,5 2,8 3,0 3,1

La marge d’erreur varie en fonction de la taille de l’échantillon et du pourcentage observé. Dans le cas d’un échantillon est de 1000 personnes, si le pourcentage mesuré est de 20%, la marge d’erreur est égale à 2,5. Le vrai pourcentage est donc compris entre 17,5% et 22,5%

II. ENSEIGNEMENT GENERAUX

Quels Ministres reconduire dans le Gouvernement Badibanga ?
La première place partagée par Michel Bongongo et Justin Kalumba
Quels Ministres reconduire dans le Gouvernement Badibanga ?
La première place partagée par Michel Bongongo et Justin Kalumba
Après sa nomination le 17 novembre dernier par le Chef de l’Etat, le nouveau Premier ministre Samy Badibanga est à pieds d’œuvre pour la composition de son Gouvernement. Un gouvernement dit de large union nationale dans lequel se retrouveront la majorité présidentielle, l’opposition et la société civile. Dans l’entre temps, le Gouvernement démissionnaire de Matata gère les affaires courantes et certains de ses membres espèrent être reconduits à leurs postes. Mais au stade actuel, rien n’est acquis pour personne car, au partage du pouvoir voulu par l’accord du 18 octobre du dialogue de la cité de l’UA, s’ajoutent d’autres exigences entre autres la nécessité du renouvèlement de la classe politique, le respect de la parité et de la géopolitique, pour plus d’inclusivité. Les quels d’entre eux les congolais souhaitent-ils revoir dans le Gouvernement Samy Badibanga ?
La question se pose avec acuité et l’Institut de sondages Les Points a publié, hier dimanche 27 novembre dernier, les résultats d’un sondage sur les Ministres du Gouvernement Matata que les congolais souhaitent revoir dans le Gouvernement Samy Badibanga. Enquête réalisée à Kinshasa sur un échantillon suffisamment représentatif de toutes les couches sociales avec méthode des quotas appliquée aux variables suivants : sexe, âge et catégorie socio-professionnelle.
Dans leur grande majorité, les personnes enquêtées souhaitent que les Ministres sortants à reconduire soient des personnes solides aux probités intellectuelles et morales approuvées, pas des personnes citées au cours de l’exercice de leur mandat dans des dossiers de détournements des deniers publics ou de mégestion. Compte tenu de ces critères et surtout de l’importance d’inclure toutes les sensibilités politiques dans la gestion de la chose publique, la population congolaise attend des futurs membres de l’exécutif national qu’ils travaillent pour l’amélioration de ses conditions socio-économiques et pour la mobilisation des moyens financiers en vue de la tenue des élections dans le délai fixé par les participants au dialogue politique national.
Pour de multiples raisons, la population a sévèrement sanctionné la quasi-totalité des ministres du Gouvernement Matata dont la plupart sont accusés de s’être illustrés par des actions propagandistes et flatteuses à leur honneur et à celui du Chef de l’Etat en lieu et place de s’occuper de leurs tâches ministérielles. Les personnes enquêtées se sont basé sur le travail qu’ils ont réalisé et espèrent qu’une fois reconduits, ils pourront faire d’avantage pour le bien être de la population.
Parmi les Ministres sortants, Michel Bongo du Budget et Justin Mwana Kalume des Transports et voies de communication se partagent le fauteuil de leader avec une même conte de popularité de …La population est favorable à leur reconduction et ils sont suivis de Raymond Tshibanda des Affaires Etrangères et Coopération internationale, Félix Kabange de la Santé, Fridolin Kasweshi des ITPR, Willy Makiashi de l’Emploi, Travail et Prévoyance Sociale, Lambert Mende de la Communication, Bahati Lukwebo de l’Economie, Théophile Bemba de l’ESU et Alexis Tambwe de la Justice.

Michel Bongongo Ikoli (72%)
Le Ministre d’Etat en charge du Budget a été placé au sommet de l’assentiment des congolais pour sa lutte payante contre les détournements de paiements des fonctionnaires de l’Etat. L’on note à son actif plusieurs actions en faveur du social des agents et fonctionnaires de l’Etat entre autres, la budgétisation et programmation de la paie régulière de nouvelles unités de la fonction publique, du secteur de la Santé, de l’enseignement et la traque contre les réseaux mafieux de détournements des salaires. D’aucuns souhaitent qu’il soit reconduit pour mener à terme ce combat en vue du bien être d’anciens et nouveaux fonctionnaires de l’Etat sur toute l’étendue du territoire national. Toutes les personnes enquêtées ou presque ont noté avec satisfaction son courage remarquable en saisissant les instances judiciaires, au-delà des sanctions administratives, pour dissuader les opérateurs des réseaux mafieux dans l’administration publique dans beaucoup de province dont Kinshasa, Kongo Central, les anciennes provinces de l’Equateur, Bandundu, Kasai Occidental, Kasai Oriental et autres.

Justin Kalumba Mwana Ngongo (72%)
Le Ministre des Transports et voies de communication est considéré par bon nombre des sondés comme celui qui a déclenché la sonnerie de la renaissance du secteur de transport en RDC. Avec lui, note-t-on, les transports aérien, ferroviaire et fluvial reviennent se sont améliorés dans une grande mesure et se modernisent du jour le jour.
Parmi les raisons évoquées par les personnes qui plaident sa reconduction, l’on peut résumer qu’il a su remettre son secteur au centre de l’attention nationale avec la création d’une nouvelle compagnie aérienne Congo Airways et l’acquisition de quatre aéronefs ; l’achat d’une dizaine de locomotives neuves pour la Société Nationale des Chemins de Fers(SNCC) ; l’acquisition de nouvelles voitures pour le train voyageur de la Société congolaise des transports et Ports (SCTP-Ex-Onatra) ; la réparation et remise à flotte des bateaux ITB Kokolo et M/S Gungu de la même société. Une première en RDC, l’Etat a donné des bus à crédits aux particuliers pour le transport en commun (Bus Esprit de vie). Les personnes interrogées sont d’accord qu’il a battu le record de meilleur ministre des transports depuis la deuxième République, une raison pour elles d’espérer le revoir dans l’équipe Badibanga.

Raymond Tshibanda
(68%)
Le Ministre des Affaires étrangères et Coopération internationale s’est fait remarquer au cours de deux dernières années par un ballet diplomatique qui a permis de soigner tant peu soit-il, auprès de l’opinion internationale l’image de la RDC. Les congolais apprécient massivement ses efforts et ses discours diplomatiques qui ont permis d’expliquer la vision de son pays sur des grandes questions mondiales.
Les enquêtés apprécient aussi sa capacité à s’adapter à toutes les situations qui se présentent au pays et à proposer des solutions adaptées aux pays partenaires…l’on note qu’il a été pour beaucoup dans le renforcement des relations diplomatiques de la RDC avec beaucoup de pays dans un climat d’incertitude politique actuelle.

Félix Kabange (64%)
Le Ministre de la Santé a convaincu bon nombre de congolais par sa capacité de réaction aux urgences sanitaires à l’instar de la rapidité avec laquelle il a mis fin à l’épidémie de la maladie à virus Ebola au moment où l’attention de la communauté internationale était focalisée sur l’Afrique de l’Ouest frappée par cette épidémie.
On note aussi son implication pour la mobilisation des moyens en vue de prévenir par une série de campagne de vaccination, d’autres épidémies comme la Choléra, la fièvre jaune et tant d’autres. Il jouit de la confiance d’un bon nombre de congolais à cause également de la dotation des équipements médicaux à certains établissements hospitaliers à Kinshasa et dans les provinces.

Fridolin Kasweshi (62%)
Le Ministre des Infrastructures, Travaux publics et Reconstruction(ITPR) aura abattu un travail considérable sur toute l’étendue du pays. Dans un pays à la dimension d’un sous-continent, ses efforts n’ont pas attiré l’attention de beaucoup de gens mais il a réalisé tout de même de grands chantiers de reconstruction et de modernisation des infrastructures routières presque dans toutes les provinces du pays. Les personnes enquêtés estiment que son travail n’a pas attiré beaucoup d’attention parce qu’il était obligé de tout refaire.

Willy Makiashi (57%)
Le Vice-Premier ministre de l’Emploi, Travail et Prévoyance Sociale(ETPS) qui vient d’être félicité publiquement par le Premier ministre sortant a réalisé des avancées significatives dans la lutte contre le chômage. Il a relancé le partenariat avec la Banque africaine de développement(BAD) laquelle finance à hauteur de plusieurs millions de dollars, le programme-emploi diplôme qu’il a mis en place en faveur de l’emploi des jeunes. En dépit de l’ampleur du chômage qui gangrène la population congolaise, son travail est quelque peu ignoré par certains mais les personnes enquêtés ont tenu à saluer son appui aux structures d’appui à son Ministère dont l’INSS, l’ONEM et l’INPP lesquelles ont créé plusieurs milliers d’emplois à Kinshasa et en provinces. Ayant pour principale mission de réguler le secteur de l’emploi, il a joué valablement son rôle en instaurant la paix sociale dans beaucoup d’entreprises tant publiques que privées et a rendu possible la réinsertion professionnelle d’anciens travailleurs qui auraient été injustement licenciés par leurs anciens employeurs.
Autre argument qui plaide dans l’opinion en faveur de sa reconduction, c’est sa loyauté au SG et Chef de son parti, le patriarche Antoine Gizenga et le rôle de pont qu’il a joué entre le PALU et le Chef de l’Etat au cours de son mandat.

Alexis Tambwe Mwamba (55%)

Malgré des décisions judiciaires jugées parfois « influencées par de politiques », les personnes enquêtées notent que le Ministre de la tutelle peut être reconduit au regard des réformes qu’il a engagées depuis sa prise de fonction. Son rôle de Co-modérateur au dialogue national pour le compte de la majorité plaide aussi à sa faveur pour rester dans le Gouvernement.

Lambert Mende Omalanga (55%)
Qu’on l’aime ou non, le Ministre de la Communication et Porte-parole du Gouvernement est indiscutablement considéré comme le Ministre ayant très bien fait son travail. Les enquêtés trouvent que son absence dans le future gouvernement ferait de celui-ci un bateau sans capitaine et que de tous les ministres, il est celui qui aura pris plus de risques pour défendre en bien ou mal le Chef de l’Etat.

Théophile Mbemba (54%)

Le Ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire bénéficie de la confiance d’un bon nombre de congolais à cause de ses décisions prises en septembre 2015, lesquelles ont eu le mérite d’améliorer la qualité de l’enseignement dans une certaine mesure par le fait qu’elles ont mis fin aux années académiques élastiques et réduit certaines antis valeurs longtemps décriées.

Bahati Lukwebo (52%)

Le Ministre de l’Economie ferme la marche de l’assentiment des congolais avec 52%. Outre son travail remarquable dans la réforme de l’économie, les sondés notent qu’il a d’autres arguments à brandir pour rester dans le Gouvernement : le poids politique de son parti, l’AFDC à l’Assemblée nationale (2ème force politique de la MP après le PPRD).

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire