Le nouveau Premier ministre congolais Samy Ntita Badibanga, désigné jeudi par le président Joseph Kabila et issu de l’opposition, possède la double nationalité congolaise et belge ce qui est contraire à la Constitution de la République démocratique du Congo (RDC) , a indiqué un autre opposant, cité dimanche par un média kinois.

Citant le Moniteur belge du 8 mai 2002, Olivier Kamitatu Etsu, un ex-ministre du président Joseph Kabila passé l’an dernier à l’opposition, a tweeté samedi qu’« un dénommé Badibanga Ntita, le 12 septembre 1992, est devenu Belge par naturalisation ». « Un sosie ? », s’interroge le président de l’Alliance pour le Renouveau du Congo (ARC), ajoutant ironiquement « certainement, un homonyme ».

Un sujet sensible en RDC

« Si cette information se confirme, c’est-à-dire que Samy Badibanga n’a jamais renoncé à sa nationalité belge, alors le chemin de son investiture par l’Assemblée nationale est sérieusement compromis », commente dimanche le site d’informations 7sur7.cd, parlant d’un «  scandale politique » 48 heures seulement après la nomination du nouveau Premier ministre.

La question de la nationalité, « une et exclusive » selon la Constitution congolaise, est un sujet sensible en RDC, où elle a été à plusieurs reprises instrumentalisée – notamment durant la campagne à l’élection présidentielle de 2006 – et a conduit à des violences meurtrières.