“Nous avons estimé nécessaire d’avoir une discussion avec les responsables de RFI en vue de revisiter notre accord avec cette radio” a déclaré à l’AFP le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende.

“La reprise des émissions de RFI pourra intervenir après ces discussions parce que nous reprochons à RFI les mêmes choses depuis plusieurs années, mais rien ne change. Nous les attendons pour des discussions” à Kinshasa, a-t-il ajouté, sans préciser la nature des reproches.

Selon M. Mende qui est aussi ministre de la communication et des médias, “une correspondance a déjà été adressée à la direction de RFI” à ce sujet.

Le signal de RFI, l’une des stations les plus écoutées en RDC comme dans les autres pays d’Afrique, a été coupé le 5 novembre à Kinshasa, comme c’est souvent le cas depuis deux ans les jours de manifestation contre le pouvoir.

Le même jour, le signal de la Radio Okapi, soutenue par l’ONU avait été brouillé.

Cette radio a commencé à émettre normalement depuis mardi à 22 heures, à indiqué à l’AFP Charles-Antoine Bambara, directeur de l’information publique de la Mission de l’ONU en RDC (Monusco).

Le 2 novembre, Reporters sans frontières(RSF)avait accusé M. Kabila d‘être un “prédateur de la liberté de la presse” alors que la RDC occupe la 152è place du classement mondial établi par cette ONG en 2016.

Le président Kabila est au pouvoir depuis 2001, son mandat expire le 20 décembre et la Constitution lui interdit de se représenter.

La RDC traverse une crise politique profonde depuis la réélection contestée de M. Kabila en 2011. Celle-ci est aggravée par le report à avril 2018 de la présidentielle qui devait se tenir avant la fin de cette année.

Le report de ce scrutin a été décidé en octobre par la majorité et une frange minoritaire de l’opposition, à l’issue d’un dialogue politique, boycotté par la majeure partie de l’opposition qui exige la tenue de la présidentielle en 2017 au plus tard.