Dans un point de presse conjointement animé avec Vital Kamerhe, également co-modérateur, et Mme Maguy Kiala, secrétaire rapporteur du bureau, Thambwe Mwamba a voulu ainsi lever l’équivoque sur la spéculation au sujet du respect, par le Chef de l’Etat, de l’accord du dialogue national. « Le délai de 21 jours pour la désignation du Premier ministre a commencé à  courir à partir du 24 octobre 2016, le jour où le Chef de l’Etat a réceptionné le texte de cet accord », a-t-il soutenu.

Pour sa part, Vital Kamerhe a, à cet effet, rappelé aux uns et aux autres le souci du Chef de l’Etat de respecter  ledit accord et la Constitution, pour une alternance apaisée en RDC, avant d’inviter les hommes politiques à éviter « les vieux débats ».

Pour lui, on ne pouvait pas demander au Président de la République l’application d’un texte dont il ignorait le contenu. « Il est de bon droit que le délai court à partir de la connaissance du contenu de cet accord par son garant qui vient de confier une mission de bons offices à la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), afin d’aboutir à l’exclusivité de cet accord », a-t-il précisé.

Mme Maguy Kiala a, de son côté,  demandé aux animateurs politiques d’« aimer ce pays comme un bien privé à protéger ». ACP/Mat/May