S’appuyant sur la constitution, l’opposant congolais a insisté sur le fait que le deuxième mandat du président Joseph Kabila expire le 19 décembre prochain.

«A cette date, il y aura alternance. C’est pourquoi le 19 septembre, nous allons marcher pour renouveler le préavis à l’endroit de Kabila», a dit Diongo, accusant les participants au dialogue politique à la Cité de l’Union africaine de comploter contre la République.

La date du 19 septembre est significative car elle coïncide avec les dispositions de l’article 73 de la constitution qui stipulent: «Le scrutin pour l’élection du Président de la République est convoqué par la Commission électorale nationale indépendante, quatre-vingt dix jours avant l’expiration du mandat du Président en exercice».