La signature de l’accord s’est déroulé à Muganga, dans le territoire de Masisi, dans la province du Nord-kivu, sous la médiation des députés de cette partie du pays.

Les deux milices conviennent d’œuvrer pour la paix et le développement de la chefferie des Bashali Mokoto. Ils s’engagent notamment à mettre fin aux hostilités caractérisées par les kidnappings du personnel humanitaire opérant à Masisi et à supprimer toutes les barrières pour permettre la libre circulation des personnes et des leurs biens dans la région, indiquent les mêmes sources.

L’accord prévoit aussi la réouverture de tous les postes de police dans les zones sous occupation de ces deux milices.

Le porte-parole du secteur opérationnel des opérations Sokola 2, le capitaine Ndjike Kaiko, salue l’acte d’engagement signé par les miliciens.

Les groupes armés APCLS et le Maï-Maï Nyatura ont également exprimé leurs volonté de déposer leurs armes aux responsables des Forces armées de la RDC (FARDC) à condition d’obtenir des garanties fermes pour leur sécurité, notamment l’amnistie.

Plusieurs autres groupes armées sévissent toujours dans la province du Nord-Kivu (Est) et commettent des exactions contre les civiles.


Xinhua