Pour cette coalition d’opposants dirigée par Etienne Tshisekedi, la décision du facilitateur Edem Kodjo de convoquer pour le mardi 23 le début des travaux du comité préparatoire est  “une provocation”.  Elle “demande à l’ensemble (du) peuple de se mobiliser comme un seul homme en vue de faire échec à cette énième forfaiture en observant une journée morte ce mardi 23 août“.

Pour les opposants, le facilitateur et ses “complices” seront tenus pour “responsables” des conséquences de l'”entêtement (du facilitateur, ndlr) à vouloir à tout prix accorder un troisième mandat (au président Joseph) Kabila en violation de la Constitution“.

“Ce comité n’engage que la personne de Kodjo qui est en plein forcing”, a réagi samedi auprès de l’AFP Joseph Olenghankoy, l’un des responsables du “Rassemblement”.

Le facilitateur, l’ex-Premier ministre togolais Edem Kodjo, avait “convié” les délégués mandatés par les organisations politiques et la société civile à prendre part aux travaux du comité préparatoire du “dialogue national” mardi, selon un communiqué diffusé plus tôt samedi.

Le communiqué du Rassemblement.

Com Ras 1

Com Ras 2