Quand la police traque le leader de la Véranda Mutsanga à Butembo

Après avoir participé à une marche de solidarité et de deuil suite au dernier massacre commis à Beni, les activistes de la Véranda Mutsanga ont protesté hier contre la décision du maire d’établir un couvre-feu après 19h00. Depuis cette nuit, la police et l’armée procèdent à des...

Après avoir participé à une marche de solidarité et de deuil suite au dernier massacre commis à Beni, les activistes de la Véranda Mutsanga ont protesté hier contre la décision du maire d’établir un couvre-feu après 19h00. Depuis cette nuit, la police et l’armée procèdent à des arrestations en série au sein du mouvement.

Couvre-feu à 19h00, interdiction de toute manifestation publique, les jeunes de Butembo (Nord-Kivu) s’attendaient à un tout autre type de décisions contre l’activité des groupes armés et des « égorgeurs », comme on les appelle dans le territoire de Beni, qui sévissent dans la région. Mécontents, ils ont manifesté spontanément hier soir, avant d’être pourchassés par les forces de l’ordre qui ont procédé à une trentaine d’arrestations entre cette nuit et ce matin. Après avoir échappé à ce que ses partisans décrivent comme une « tentative d’enlèvement » hier soir, Tembos Yotama, le leader de la Véranda Mutsanga, nous a confirmé ce matin qu’il n’avait pas été arrêté et qu’il se trouvait en lieu sûr, contrairement aux rumeurs circulant à son sujet dans la ville et sur les réseaux sociaux.

14051810_519102471626796_164401328320884412_n 14055033_519102448293465_3817615116828499531_n 14063900_519102588293451_3493399690874221177_n 14089216_519102428293467_3157855924971173315_n

Pendant toute la matinée, des crépitements de balle ont retenti à Mutsanga, et de nombreuses arrestations sont toujours en cours, alors que le siège de la Véranda Mutsanga a été saccagé par la police et l’armée.