France: un ancien de la Monusco incarcéré pour avoir montré son sexe aux enfants!

Didier Bourget, 52 ans, ancien de la MONUC, actuelle MONUSCO, a été interpellé mardi 16 août 2016 à Poitiers / France, pour avoir montré son sexe à une fillette de 13 ans, dans la piscine municipale de la Ville.

C’est le père de famille de l’adolescente qui a porté plainte, après le récit de sa fille. Le père était allé immédiatement voir l’ancien mécanicien pour lui demander des explications.

 » Aussitôt je suis allé me plaindre auprès des maître-nageurs qui m’expliquent que l’homme est un habitué des lieux et vient quasiment tous les jours, dans ce complexe familial. Je m’approche de lui pour qu’il s’explique mais il nie les faits, un peu impassible il dit juste que ce sont les vagues qui ont fait tomber son maillot de bain. » souligne-t-il.

Multi récidiviste

Déjà en 2005, alors qu’il était chargé d’entretenir les véhicules de la MONUC à Goma, l’homme avait été arrêté en 2005 grâce aux témoignages d’une jeune congolaise.

Il avait comparu pour viols d’adolescentes africaines alors qu’il était en poste en république Centrafricaine et en RDC au début des années 2000. La cour d’assises de Paris l’avait condamné à 9 ans de prison et 8 ans d’obligation de soins pour viol de deux mineures.

A l’époque déjà, l’homme avait reconnu des attouchements et des viols sur 22 mineures alors que 23 victimes ont été répertoriées sur les photos saisies.

Placé en garde à vue au commissariat de police de Poitiers dans le cadre de l’exhibition à la piscine, il sera déféré au parquet cet après-midi. Une information judiciaire a été ouverte pour des faits d’exhibition sexuelle et détention d’images pédopornographiques. Il sera ensuite présenté au Juge des libertés et de la détention. Le parquet devrait demander son placement en détention provisoire.

Depuis son déploiement en 2001, la Monusco a été éclaboussée par plusieurs scandales d’abus sexuels ou de trafics de minerais impliquant son personnel, civils et militaires.

Richard Kiyambu

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire