Le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, a visité, jeudi 11 août, la localité de Miriki, dans le territoire de Lubero au Nord-Kivu. C’est la première visite du chef de l’Etat dans cette partie de la province. Celle-ci intervient après les conflits inter-ethniques ayant opposé les communautés Nandé et Hutus, en janvier dernier.
Ces tensions se sont soldées par le massacre de plusieurs civils. Elles avaient aussi occasionné le déplacement de nombreuses personnes. A Miriki, Joseph Kabila s’est entretenu avec les notables locaux, les membres de la société civile, une délégation des chefs coutumiers et des déplacés de Buleusa. Ils ont échangé autour de l’insécurité dans la région.

La notabilité locale a, lors de ces entretiens, exprimé ses préoccupations par rapport à l’insécurité causée par les groupes armés, notamment les rebelles rwandais des FDLR et les milices locales.

Face à cette préoccupation, Joseph Kabila a promis de faire tout son possible pour ramener la paix et rétablir la sécurité dans la région. Après son entretien avec la notabilité locale, le chef de l’Etat s’est adressé publiquement à la population.

Il a appelé les habitants de Miriki et ceux de Buleusa à cultiver la paix et à cohabiter pacifiquement. «Tout Congolais est libre et a le droit de vivre là où il veut tout en respectant les lois du pays », a martelé Joseph Kabila.

Le président de la République a également invité tous les jeunes enrôlés dans des groupes armés à déposer les armes, et à servir le pays au sein de l’armée ou dans la police.

« Réconfort et soulagement »

Pour l’administrateur du territoire, Joy Bokele, cette visite, du chef de l’Etat constitue un réconfort et un soulagement pour la population. Il parle de lueur d’espoir pour cette population qui a longtemps souffert de la présence des groupes armés :

« C’est une visite de réconfort qui a surpris tout le monde. Le message qu’il nous a lancé est celui de soulagement, puisque beaucoup de gens étaient dans l’incertitude. Maintenant qu’ils ont compris le conseil du Chef de l’Etat, je pense qu’ils ont compris effectivement, qu’il faut cultiver la paix. Moi comme autorité, ça ne peut que me soulager », s’est réjoui Joy Bokele.

Agenda fort chargé pour le président de la République. Arrivé jeudi à Goma en début d’après-midi après deux jours passés dans la ville de Butembo,  Joseph Kabila a traversé la frontière ce vendredi pour se rendre à Kigali.

Dans la capitale Rwandaise, le planning du  chef de l’Etat prévoit une rencontre avec son homologue Paul Kagame. L’information est confirmée par l’ambassadeur congolais en poste à Kigali.  Maitre Nkulu Kilombo qui a rejoint la délégation présidentielle  à Goma, dit être venu pour repartir avec le chef de l’Etat et sa suite.

Une délégation des ministres et autres responsables congolais séjourne d’ailleurs déjà à Kigali depuis jeudi.

Pour l’instant, l’objet de cette visite de Joseph Kabila en terre rwandaise n’est pas encore connu, mais une chose est certaine, les deux chefs d’Etat ne manqueront pas d’ évoquer les questions sécuritaires entre  leurs pays respectifs surtout avec la traque en cours des rebelles des forces démocratiques pour la libération du Rwanda, Fdlr.

Kigali, le chef de l’Etat y était encore à la mi-juillet pour le  27e sommet ordinaire de l’Union africaine.

Après le Rwanda, Joseph Kabila se rendra  à Tshikapa entre samedi et dimanche. Au chef-lieu de la jeune province du Kasaï, où il devra procéder  au lancement de certains travaux d’intérêts publics.

MMC