DIRECT.CD — L’Américain Daryl Lewis, accusé avec trois autres congolais d’être des mercenaires au service de l’opposant Moïse Katumbi, lui-même poursuivi pour “atteinte à la sureté de l’Etat”, vient de porte plainte pour “torture” à la Cour fédérale américaine contre l’Administrateur Général des services congolais de Renseignements,

L’Américain de 48 ans, refoulé de la République démocratique du Congo en juin dernier pour avoir été accusé d’être «un mercenaire» au service de Moïse Katumbi par les autorités congolaises, vient de porter plainte auprès de la justice américaine contre le l’Administrateur Général de l’Agence nationale de Renseignements (ANR), rapportent des médias des Etats-Unis.

Selon courthousenews.com, spécialisé dans les affaires judiciaires, M. Lewis, qui nie les accusations portées contre lui, affirme dans sa plainte de 12 pages déposée le 29 juillet dernier, avoir subi des interrogatoires musclés, de la torture et de la privation de nourriture dans une prison à Lubumbashi.

L’américain, qui a posé aux côtés de Moïse Katumbi depuis les Etats-Unis le mois dernier, affirme également que l’ANR aurait “tenté d’obtenir de faux aveux de ses collègues congolais”.

Daryl Lewis poursuit à titre personnel l’administrateur général de l’ANR, Kalev Mutond.

Lui et trois autres Congolais ont été arrêtés à Lubumbashi le 24 avril lors d’un meeting de l’opposant Moïse Katumbi, dispersé à coup de gaz lacrymogènes. Dès le lendemain, ces quatre proches de l’ancien gouverneur de l’ex-Katanga étaient transférés à Kinshasa.