Le Kenya, comment Koffi Olomide a choisi le mauvais pays!

DIRECT.CD — Lynché sur les réseaux sociaux pour avoir donner de coups de pied à une de ses danseuses, Koffi Olomide est devenu, en l’espace d’un week-end, l’icône même de la violence faite à la femme au Kenya. Pourquoi une telle réaction de la part des autorités kenyanes? On vous explique tout.

« Koffi Olomide a merdé », affirmait  « Congoblog.net » dans son édition sur l’affaire qui a secouée les réseaux sociaux. En effet, l’artiste musicien s’est offert le luxe de lancer un coup de pied en direction de l’une de ses danseuses à l’aéroport Jomo Kenyatta de Nairobi où il s’y était rendu pour une prestation scénique.

L’image qui est certes choquante, la sera encore plus lorsque l’artiste musicien congolais tentera de camoufler l’événement avec des explications aussi fallacieuses que pittoresques. Au final, personne ne sera bernée, encore moins les autorités kenyanes qui ont tout de suite placé le patron de Quartier Latin en garde à vue, avant de l’expulser, le lendemain, vers son Kinshasa natal.

A l’aéroport de N’djili, Koffi Olomide sera rattrapé par la vitesse des réseaux sociaux. Ici, les kinois n’ont pas hésité à lui montrer leur mécontentement: insultes à l’appuie.

Revenons au coeur de l’affaire justement, la violence faite à la femme, et la réaction tant des aurités que du public Kenyan. Depuis plusieurs années maintenant, Nairobi n’est pas étrangère à ce phénomène qui gangrène et divise les kenyans.

Tout commence en novembre 2014. Plusieurs femmes sont victimes d’attaque pour s’être habillées de manière « indécente ». Les jeunes dames ont été déshabillées et agressées par un groupe d’hommes, avant d’être exhibées au milieu de la rue. A la suite ceci, la police a confirmé l’arrestation d’environ 100 personnes. Cette arrestation devrait freiner la prolifération du harcèlement envers les femmes, qui deviennent monnaie courante au Kenya.

Mais non, la question de la décence dans l’habillement des femmes kenyanes et celle de la violence faite à la femme connaîtra de nouveau son apogée en avril dernier, lorsque  plusieurs agressions des jeunes filles viondront créer une vrai débat dans la société kenyanne.

« Ma robe mon choix » : c’est le slogan martelé par des centaines de manifestants à Nairobi au Kenya. Ils dénonçaient l’agressions d’une jeune femme parce qu’elle portait une mini-jupe. Une agression filmée par un téléphone portable dont se sont emparés les réseaux sociaux.

Un reportage de France24 sera même diffusé à cet effet.

C’est donc dans un contexte déjà compliqué que Koffi Olomide viendra y fourer son nez de congolais.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire