Vers des nouvelles poursuites judiciaires contre Koffi Olomide en RDC?

DIRECT.CD — Expulsé vers Kinshasa après avoir passé la nuit en garde à vue à Nairobi, Koffi Olomide n’est pour autant pas à l’abri des nouvelles poursuites judiciaires en terre congolaise. Explications. 

Koffi Olomide qui devait donner un concert à Nairobi, a été arrêté devant les caméras de télévision à l’extérieur des locaux d’une chaîne de télévision où il venait de donner une interview.

Sur une vidéo amateur, largement reprise et commentée sur les réseaux sociaux au Kenya, on voit le chanteur, qui se trouve juste à l’extérieur d’un des terminaux de l’aéroport international de la capitale kényane, se diriger vers une de ses danseuses.

Il lui assène alors un coup de pied au niveau du ventre, qu’elle parvient en partir à amortir d’un réflexe de la main, sous le regard incrédule de deux policiers kényans dont l’un s’interpose.

Arrêté puis expulsé vers Kinshasa, le patron de l’orchestre Quartier Latin ne peut plus, logiquement, craindre des poursuites judiciaires, à moins qu’une nouvelle plainte soit déposée en RDC.

Selon Chris Nkeni, avocat général au barreau de Matete à Kinshasa, n’importe « quelle organisation peut se constituer en partie civile et intenter une action en justice contre Koffi Olimide ».

En outre, renseigne l’avocat, la victime peut toujours clamer son cas devant les instances judiciaires de la République démocratique du Congo.

En effet, à Nairobi, la plainte qui a conduit à l’arrestation de Koffi Olomide n’a pas été déposée par la victime, mais plus tôt par la Commission nationale sur le genre et l’égalité du Kenya qui avait publié un communiqué appelant l’Inspecteur général de la police kényane à ouvrir immédiatement une enquête.

Le chanteur congolais n’est donc logiquement pas à l’abri d’une surprise, même dans son Congo natal.

Affaire à suivre.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire