Des lobbyistes américains invitent Katumbi et un général ex-conseiller de Barack Obama à Washington

DIRECT.CD — Jeune Afrique, qui livre cette information, affirme que cette rencontre, qui se tiendra le 13 juillet 2016, tournera autour de la situation en RDC et la perspective électorale de la fin 2016.

L’opposant congolais, ancien gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, qui est au centre de tous les débats depuis sa condamnation par la justice congolaise à trois ans de prison pour un litige immobilier qui le rendent inéligible, est invité à une table ronde organisée au siège du think tank Atlantic Council (AC) à Washington aux Etats-Unis, rapporte Jeuneafrique.com

Selon le média panafricain, l’universitaire J. Peter Pham, responsable de l’Africa Center au sein de l’AC, organisateur de la rencontre, précise dans son message d’invitation que celle-ci se déroulera en présence du général James Logan Jones, ancien conseiller à la sécurité de Barack Obama – et membre lui aussi de la direction de l’AC pour le compte duquel il préside le Brent Scowcroft Center on International Security.

Le général à la retraite James Logan Jones n’est autre que le patron de la société d’intelligence et de sécurité Jones Group International, employeur de la demi-douzaine de « consultants » américains chargés il y a peu encore de la protection privée de Moïse Katumbi au Katanga – dont l’ex-marine Darryl Lewis, arrêté à Lubumbashi fin avril et libéré cinq semaines plus tard.

Moïse Katumbi a appelé jeudi le président Joseph Kabila à « assurer une alternance démocratique, pacifique et transparente dans le strict respect des délais constitutionnels. »

Le gouvernement congolais et celui des Etats-Unis d’Amérique, sont au bord de la crise de nerfs.

À l’origine, les allégations quasi-quotidiennes des autorités congolaises qui accusent leurs partenaires occidentaux, de soutenir l’opposition.

Ce jeudi, Lambert Mende, Ministre congolais de la Communication et porte – parole du gouvernement a accusé « d’ingérence », les occidentaux dont les américains.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire