CENI: La révision du fichier électoral pourrait durer « 13 mois et 10 jours »

DIRECT.CD — La révision du fichier électoral qui va bientôt débuter pourrait durer jusqu’à 13 mois, rapportent certaines sources, confirmant ainsi les craintes des opposants sur le « glissement » du processus électoral. 

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) de la République démocratique du Congo (RDC) annonce avoir confié le marché de la révision du fichier électoral à la société française Gemalto .

Dans le cadre de la modernisation du registre électoral national, quelque 22 000 kits portables d`enregistrement biométrique des électeurs seront livrés. Les stations mobiles d`enrôlement Coesys de Gemalto permettront aux 18 000 centres d`inscription de saisir rapidement portraits numériques, empreintes digitales et signature des citoyens, puis d`émettre instantanément des cartes d`électeurs personnalisées en vue des prochaines élections nationales. Gemalto formera également les instructeurs de la CENI et assurera maintenance et assistance tout au long du projet d`inscription des électeurs, l`un des plus importants à ce jour.

Les solutions d`enrôlement Coesys de Gemalto sont intégrées dans une valise renforcée pouvant facilement être déployées partout dans le pays. La CENI utilisera ces stations mobiles d`enrôlement pour assurer la saisie fiable et de qualité des données personnelles et biométriques des citoyens. Ce processus permettra à la fois d`ajouter les nouveaux électeurs éligibles au registre électoral, de nettoyer et mettre à jour les dossiers existants avant les échéances électorales. L`utilisation de données biométriques irréfutables permettra en particulier de détecter et éliminer les doublons.

Aucun calendrier pour l’opération ni aucun détail sur le budget de ce chantier gigantesque n’ont été donnés. La révision du fichier électoral est l’un des principaux points d’achoppement entre l’opposition et le pouvoir congolais. Constitué en 2005 et révisé une première fois en 2011, le fichier électoral qui contient quelque 30,5 millions d’électeurs, n’a jamais été réellement actualisé.

Les nouveaux majeurs (entre 6 et 8 millions de personnes) n’ont ainsi jamais été enregistrés et les Congolais de l’étranger, qui possèdent le droit de vote depuis la réforme de la loi électorale en janvier 2015 n’ont pas été enrôlés. Par ailleurs, un audit de la Ceni et de l’Organisation mondiale de la francophonie (OIF) a mis au jour quelque 1,3 million de doublons.

Des « simulations » internes au sein de la Ceni avaient indiqué au début de l’année qu’une révision partielle du fichier électoral durerait « 13 mois et 10 jours » pour un budget estimé à près de 123 millions de dollars. Mais en cas d’une révision totale, l’opération durerait au moins 16 mois et un jour. En février dernier, la Ceni avait déclaré que le scrutin présidentiel, prévu initialement fin novembre, ne pourrait être organisé sans révision en amont du fichier électoral. Un processus toutefois impossible à tenir dans le délai constitutionnel, d’où un « glissement » prévisible du calendrier électoral.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire