Le message du 30 juin de Tshisekedi au coeur d’une polémique

Le Lider-maximo accusé d’avoir éludé les sacrifices des Kimpa Vita, Simon Kimbangu, Patrice Lumumba et de nombreux héros morts inconnus au nom de l’indépendance et de la liberté.

Le président de l’UDPS Etienne Tshisekedi, a rendu public le 29 juin dernier un message à la Nation très révélateur de l’homme qui s’oppose à tout pouvoir auquel il ne participe pas depuis toujours. Auréolé du titre de  » président du conseil des sages du Rassemblement des forces acquises au changement  » depuis la conférence de Genval (Belgique), l’homme qui avait reconnu un moment du bout des lèvres la légitimité de Joseph Kabila qu’il appelait à quitter ses fonctions fin décembre 2016 se revoit à nouveau président  » élu  » (en 2011) de la République Démocratique du Congo.

Ainsi, ce n’est plus sur le papier à en-tête de son parti, l’UDPS, que Tshisekedi couche son message à la Nation. C’est sur celui du Rassemblement des Forces Politiques et Sociales de la RDC Acquises au Changement. Au chapitre des titres, c’est désormais  » Président élu  » et  » Président du Rassemblement pour la défense des valeurs de la République  » qu’il faut nommer le patron de l’UDPS.

En espérant que ses collègues du conseil des sages du Rassemblement lui pardonnent longtemps encore ces petites usurpations qui révèlent l’homme. Le révèlent encore plus, des pans entiers du message du 29 juin dernier. Comme celui dans lequel il soutient que  » A sa création lors de la Conférence de San Francisco le 26 juin 1945, l’Organisation des Nations-Unies proclame le  » droit des peuples à disposer d’eux-mêmes « , principe qui entraina toute la dynamique de la décolonisation. Notre pays n’échappa pas à la vague des indépendances qui déferla peu après sur le continent africain en accédant le 30 juin 1960 à la souveraineté nationale et internationale  » !

L’affirmation est à la limite du révisionnisme que beaucoup en RD Congo reprochent à cet ancien proche collaborateur du défunt dictateur, Mobutu Sese Seko, avec lequel ils sont à l’origine de la création du MPR, le parti politique qui devint le parti-Etat : ainsi comprise, la décolonisation serait un cadeau onusien aux Congolais.

Les sacrifices des Kimpa Vita, Simon Kimbangu, Patrice Lumumba et de nombreux héros morts inconnus au nom de l’indépendance et de la liberté de leurs compatriotes sont délibérément occultés. Pour faire place à … Etienne Tshisekedi : le patron de l’UDPS a, en effet, toujours manifesté la fâcheuse tendance à tout ramener à sa personne, y compris l’histoire politique de la RD Congo. Ce qui, naturellement, est loin d’être vrai.

Lorsqu’il vient aux affaires peu après l’indépendance acquise le 30 juin 1960, Etienne Tshisekedi fait partie du Collègue des Commissaires Généraux nommés par le Général Mobutu en remplacement d’un gouvernement démocratiquement élu, celui de Patrice Emery Lumumba. Le futur président de l’UDPS prenait ainsi une part plus qu’active à la naissance d’une des dictatures les plus féroces en Afrique, qui règnera sans partage sur la RD Congo durant 4 décennies.

Commissaire Général en charge de la justice, Ministre de l’intérieur, Recteur de l’Ecole Nationale d’Administration, Membre du Conseil d’administration de Air-Zaïre jusqu’au milieu des années ’80, Etienne Tshisekedi compte parmi les acteurs du pouvoir prédateur mobutiste

C’est donc mentir, occulter une partie importante de l’histoire de la RD Congo pour s’en tirer à bon compte que soutenir, comme le fait Etienne Tshisekedi dans le même message à la nation du 29 juin dernier, que  » Les espoirs aussi bien du peuple congolais que de l’Afrique seront déçus du fait de la succession à la tête du Congo des régimes oligarchiques corrompus … « .

A la suite de cette énième dénonciation des antivaleurs par le leader de l’UDPS, un fin connaisseur de son parcours ne s’est pas empêché de rappeler un bout du passé d’Etienne Tshisekedi en ces termes : « L’homme dont la résidence actuelle est une propriété de Air Zaïre, la compagnie nationale d’aviation dont il fut membre du conseil d’administration n’est sûrement pas le mieux indiqué pour dénoncer quelque corruption que ce soit. C’est prendre les enfants de Dieu pour des canards sauvages, comme on dit ».

Encore qu’il y ait dans ce message à la Nation bien pire que ces égocentriques et maladroites tendances à tirer les draps vers soi. Etienne Tshisekedi soutient que le pouvoir en place à Kinshasa a  » … érigé le pillage des ressources du pays, la prédation et autres antivaleurs en système de gouvernement avec comme conséquences l’aggravation de la pauvreté, de la misère ainsi que la perte par les congolais de leur dignité d’homme, ainsi que la crédibilité de notre pays dans le concert des nations ravalée au rang république bananière « .

Du  » déjà-entendu « . On croirait réentendre les diatribes antimobutistes d’il y a plus de 20 ans.
A Kabila, Etienne Tshisekedi reproche exactement ce qu’il reprochait à son ancien compagnon le Maréchal Mobutu. Avec le recul du temps et un peu d’esprit critique, on peut se demander si en réalité le patron de l’UDPS n’en veut pas à quiconque occupe un siège qu’il convoite.

Car, si  » aggravation de la pauvreté  » il y a en RD Congo, le fléau remonte à l’époque du Maréchal Mobutu, et il reste à vérifier, chiffres à l’appui, si il y a encore aggravation, à quel degré et par rapport à quelles périodes.

Et s’agissant de la dignité des congolais et de la crédibilité de leur pays, il y a lieu de s’interroger sur la dignité qu’Etienne Tshisekedi lui-même accorde à ses compatriotes et à son pays après avoir organisé dans un pays étranger une conférence  » pour discuter et échanger entre patriotes sur la crise actuelle « . Tout le sait : les conclusions de la fameuse conférence avaient été remises en primeur au ministre belge des Affaires étrangères ! Que vaut cette dignité des congolais qui vient après un plénipotentiaire belge ?

Forum des As

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire