Exclusif — Les cadavres dans le placard du nouvel ambassadeur de Belgique en RDC

Désigné comme nouvel ambassadeur du royaume de Belgique en RDC, en remplacement à Michel Lastschenko, Bertrand de Crombrugghe de Picquendaele ramène, avec lui, un vieux cadavre dans son placard. 

Bertrand de Crombrugghe de Picquendaele, en provenance de l’ONU à Genève, est le nouvel ambassadeur désigné du royaume de Belgique en RDC, en remplacement de M. Michel Lastschenko (MR), dans le cadre du « mouvement diplomatique » de l’été prochain qui concernera plus d’un quart (31 sur 120) des chefs de missions diplomatiques belges.

Une petite recherche à son sujet met à jour une implication dans une vieille affaire de visa à Moscou, où il était ambassadeur jusqu’en juin 2009. Le diplomate belge a été rappelé en urgence par le  ministre des Affaires étrangères Karel De Gucht. Officiellement, à cause « des informations de la Sûreté de l’Etat » faisant état de « possibles malversations » à l’ambassade de Belgique à Moscou.

Selon les médias belges de l’époque, il semble avoir été rappelé à Bruxelles car il aurait délivré des visas irréguliers pour des femmes thaïlandaises, selon la chaîne flamande VTM.

Ces personnes avaient, selon cette source, besoin d’un visa pour se rendre en France via la Belgique. Et, sans raison officielle note VTM, l’ambassadeur les aurait délivrés pour rendre un amical service au milliardaire russe Suleiman Kerimov.

Celui-ci (72e fortune mondiale, avec 7,5 milliards de dollars en 2006 selon Forbes) est bien connu en Belgique. Parce qu’il avait accepté une demande discutable de Maurice Lippens en injectant 700 millions d’euros dans Fortis tout juste avant l’effondrement. Et parce qu’il a séjourné de longs mois à l’hôpital militaire de Neder-over-Hembeek, en 2006 et 2007, après un terrible accident subi avec sa Ferrari. Il avait été gravement brûlé et avait choisi cet établissement ultra-spécialisé.

Bref, les Thaïlandaises devaient accompagner M. Kerimov en France et l’ambassadeur, parfois invité à des fêtes sur le yacht du milliardaire ancré à la Côte d’Azur (où M. Kerimov possède un domaine), aurait « arrangé » les choses, toujours selon VTM.

A l’époque,  l’Agence Belga signalait les Affaires étrangères minimisaient, en parlant d’une erreur d’appréciation. Ailleurs, certains estiment cependant que ce dossier est sérieux et mériterait des suites, rapportait notamment le journal Le Soir.

A Kinshasa, Bertrand de Crombrugghe de Picquendaele devra gérer les complexes relations Belgo-congolaises, ainsi qu’une situation politique de plus en plus tendue.

 

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire