Un groupe d’acteurs politiques de l’opposition se réclamant « pionniers de l’UDPS » rejette les décisions prises à Genval, près de Bruxelles en Belgique, par les extrémistes de l’opposition congolaise, estimant que le président de ce parti, Etienne Tshisekedi « a été abusé ». « Rien de ce qui a été décidé à Genval n’engage l’UDPS », a déclaré mardi à Kinshasa leur porte-parole, Corneille Mulumba, cité par de Radio Okapi.

Une centaine d’opposants congolais réunis, début juin, en Belgique sous le label de « Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement », avaient pris une série de décisions, notamment le refus du dialogue politique inclusif convoqué par le Président Joseph Kabila et jugé par la majorité des Congolais comme étant la « voie incontournable » pour l’organisation d’élections libres, transparentes et apaisées en RDC.

Pour Corneille Mulumba, « personne ne peut engager ce parti sur une pente aussi glissante, sans une plus large implication de ses cadres, d’autant plus qu’il s’agit de décisions qui vont impacter la vie de la nation pour plusieurs années ». « Aujourd’hui, il est clair que le mandat du Président Joseph Kabila étant arrivé à son terme, les milieux politiques internationaux et autres veulent récupérer la situation. Quelque part, on veut utiliser le président de l’UDPS, pour crédibiliser cette opération-là (conclave de Bruxelles) », a-t-il affirmé.

Le dialogue politique inclusif avait été réclamé par l’opposition, l’UDPS en tête, dont le leader avait exigé notamment une facilitation internationale et soutenu jusqu’au début juin sa tenue. Ouvrant les travaux du conclave de Genval, au soir du 8 juin 2016, Etienne Tshisekedi avait souligné qu’en organisant cette rencontre, il pensait réunir les forces politiques et sociales de la RDC « en patriotes » pour échanger sur la crise (politique) qui frappe le pays, estimant que ce dialogue faisait partie non seulement de la culture africaine, mais également de l’histoire de la RDC. « Nous irons au dialogue pour y trouver les solutions qu’impose la situation actuelle », avait déclaré le président de l’UDPS, rappelle-t-on.

ACP