Exclusif — Le certificat d’enregistrement de Katebe Katoto sonne faux!

DIRECT.CD — Le certificat d’enregistrement (titre de propriété) exhibé par Raphaël Katebe Katoto, le frère de Moïse Katumbi, soulève de questions quant à sa véracité: il y est mentionné « République démocratique du Congo » en entête et en marge alors qu’il s’agit d’un document établit à l’époque du Zaïre et où les sceaux sont ceux du Zaïre. 

L’opposant congolais Moïse Katumbi, candidat à la présidentielle censéeavoir lieu cette année en République démocratique du Congo (RDC), a été condamné mercredi 22 juin à trois ans de prison dans une affaire de spoliation immobilière. Un jugement qui le rend pour l’heure inéligible.

Son frère aîné, Raphaël Katebe Katoto, est récemment intervenu publiquement pourdéfendre Moïse Katumbi. Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, Raphaël Katebe Katoto a dénoncé « des procès bidons » et a affirmé être propriétaire du bâtiment qui a valu à son frère d’être condamné.

« En 1976, la Sonas a décidé de vendre l’immeuble, donnant priorité au locataire pour l’achat. C’est ainsi que j’en suis devenu propriétaire. Moïse Katumbi n’avait que 12 ans. J’en détiens le titre de propriété depuis 40 ans. Et en RD Congo, la loi stipule qu’un titre de propriété n’est plus attaquable après trois ans », affirme-t-il.

Le document ci-dessous, qui n’a pas été authentifié, serait l’extrait du certificat d’enregistrement (titre de propriété) détenu par Raphaël Katebe Katoto.

13559130_910323679089525_7893827895889149529_o

Le certificat sonne faux

13559130_910323679089525_7893827895889149529_oToutefois, après l’analyse du document par la rédaction de Direct.cd, il semblerait qu’il y aient des éléments qui rendent ce titre de propriété douteux.

Premièrement, il est de 1976, soit une l’époque où la République démocratique du Congo s’appelait simplement « la République du Zaïre », et donc, en toute logique, il est impossible que le document ait en sa marge et en entête la mention « République démocratique du Congo ».

En suite, outre l’entête, les sceaux sont ceux du Zaïre, amplifiant un peu plus la contradiction avec le reste.

Monsieur Katebe est resté injoignable malgré nos multiples tentatives de le rejoindre.

D’après une source proche du dossier, le certificat publié notamment par  Jeune Afrique est bel et bien la copie qui a été « versé au dossier de la défense ».

Quelques exemples d’un certificat de propriété.

FAUX-ORIGINAL-CERTIFICAT-D-ENREGISTREMENT-DE-MR-KAMBALE (1)

Certificat-d-EnregistrementM-NICOS-PAUL-MOKENI-EBUTABA-par-

Affaire à suivre.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire