Un soldat congolais tué et décapité par des militaires rwandais

Des sources de l’armée congolaise ont annoncé jeudi 23 juin la mort d’un soldat congolais depuis environ une semaine au Rwanda. D’après ces sources, la victime aurait traversé sans le vouloir la frontière et s’est retrouvé au Rwanda voisin.

Il s’agit d’un soldat du 313e bataillon commando des Forces armées de la RDC (FARDC), basé en territoire de Nyiragongo au Nord-Kivu. Le soldat aurait traversé la frontière samedi dernier.

Selon des sources au sein des FARDC, des militaires rwandais auraient tiré sur lui avant de le décapiter. Ils auraient ensuite jeté le corps décapité du côté congolais, indiquent les mêmes sources.

Des militaires congolais, alertés par les tirs, se seraient rendus sur le lieu. A leur tour, ils auraient renvoyé le corps de leur collègue du côté rwandais de la frontière.

Actuellement, le corps de la victime se trouverait toujours au Rwanda, indiquent les mêmes sources militaires.

Des représentants du mécanisme conjoint de vérification se sont rendus jeudi au Rwanda pour discuter avec des responsables de l’armée rwandaise.

Par le passé, des incidents similaires opposant les militaires rwandais et congolais ont été enregistrés à la frontière. Des militaires congolais se sont retrouvés, officiellement sans le vouloir, sur le sol rwandais avant d’être interpellés, puis ramenés en RDC après plusieurs tractations.

Mardi dernier, c’est un soldat ougandais qui a été arrêté dans le territoire de Rutshuru (Nord-Kivu), à la frontière avec l’Ouganda.

Selon le porte-parole des opérations Sokola 2, ce militaire, armé et portant l’uniforme de l’armée ougandaise, a passé la nuit en RDC. Il a été rapatrié mercredi par le mécanisme conjoint de vérification des frontières.

Avec Radio Okapi

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire