Décembre 2016 : la logique de la confrontation se précise !

Les signaux ne sont vraiment pas rassurants. La déclaration de Michaëlle Jean, Secrétaire Général de la Francophonie, autour du processus politique en Rdc, vient d’attiser le feu sur la scène politique congolaise.

S’exprimant sur le dossier congolais hier, la haute fonctionnaire de l’OIF a rappelé l’importance du respect des délais constitutionnels dans le processus politique en cours au pays, sur fond du Dialogue national. Elle estime ce dernier nécessaire et obligatoire pour la RDC, mais insiste sur le respect des délais prescrits dans la Constitution.

Duel

Dans les minutes qui ont suivi, sa déclaration a donné lieu à une flambée de réactions, les unes aussi virulentes que les autres.

Parmi les sorties les plus incisives, l’on a noté celle de Bruno Tshibala pour le compte du Rassemblement de l’Opposition: ainsi que celle de Lambert Mende pour celui de la Majorité.

Le moins que l’on puisse dire à la lumière des propos de ces deux opérateurs politiques du pays, c’est que le pays s’achemine lentement mais surement vers la grande confrontation des forces politiques engagées d’ans la crise congolaise.

Pour l’opposant Tshibala, il n’ya aucune indulgence à accorder au pouvoir si la présidentielle ne se tenait pas dans les délais. Ces propos couplés à ceux de Félix Tshisekedi il y a plus d’un mois sont lourds de sous- entendus qui fondent depuis la détermination des conclavistes de Bruxelles.

Du berger à la bergère, Mende n’a pas raté l’occasion pour recadrer les choses. S’inscrivant dans la logique de l’arrêt de la Cour Constitutionnelle, il a rappelé que nulle part la Constitution ne mentionne la date du 19 décembre 2016 comme celle de la fin du mandat de Joseph Kabila.

Au contraire, souligne ce membre éminent du bureau politique de la MP, la Constitution mentionne les dispositions à prendre pour assurer l’alternance.

Dispositions qui n’ont rien à voir avec la fétichisation des dates dont semble être très friande l’Opposition.

Pourrissement

Moralité : par ses déclarations sans concession, l’Opposition indique qu’elle est dans la logique de la guerre. En face, la Majorité laisse clairement savoir qu’elle est parée contre toute éventualité.

En témoigne la sommation du Pprd, par la bouche de son Secrétaire Général, à la faveur de la marche – réplique du 4 juin 2016.

Coiffé à la Che Guevara, le numéro un du parti présidentiel, en polo noir barré d’un carré rouge, a lancé un message clair à l’adversaire.

Comme votre quotidien de chevet l’a indiqué hier, le pays est sous la menace d’une situation explosive.

Et le plus dramatique, c’est que la Communauté internationale semble se plaire à laisser pourrir la situation.

Par LP

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire



Notice: get_currentuserinfo est obsolète depuis la version 4.5.0 ! Utilisez wp_get_current_user() à la place. in /home/directc/public_html/wp-includes/functions.php on line 3831