Moïse Katumbi condamné à 36 mois de prison

Sur réquisitoire du ministère public qui a requis 5 ans de servitude pénale contre Monsieur Moïse KATUMBI, le tribunal vient de condamner le prévenu KATUMBI à 36 mois de servitude pénale avec arrestation immédiate, l’a condamné aux dommages et intérêt de l’ordre de 1.000.000 USD pour tous les préjudices qu’il a fait subir à la partie civile et a été aussi condamné aux frais de justice.

Le Tribunal de Paix de Lubumbashi Kamalondo vient de rendre public ce mercredi son verdict dans la cause qui a opposé sur citation directe sus RP 7652, à la requête de la partie civile EMMANOUIL ALEXANDROS STOUPIS, le Ministère Public et ce dernier, à Katumbi, révèle le quotidien congolais La Prosperité.

Pour rappel, Monsieur EMMANOUIL ALEXANDROS STOUPIS avait par citation directe attrait Monsieur KATUMBI devant le tribunal de Paix de Kamalondo où ce dernier n’a été ni présent, ni représenté, quoi que régulièrement signifié de l’exploit introductif d’instance.

Après une longue instruction et investigation menées tant sur les faits que sur les pièces dont se prévalait monsieur KATUMBI dans le litige immobilier qui l’a opposé depuis des années à Monsieur EMMANOUIL ALEXANDROS STOUPIS, il s’est avéré, selon le journal congolais, que tous les documents en possession de Monsieur KATUMBI porteraient des signatures des personnes qui étaient déjà décédées au moment et à la date dite de l’établissement desdits documents.

Devant cette situation, outre la condamnation à la servitude pénale, peine prononcée sur base des infractions en concours idéal, le tribunal a ordonné aussi la confiscation de l’acte faux pour que celui entaché de plusieurs irrégularités ne serve plus.

Satisfaite, la partie civile a remercié la justice de l’avoir réhabilitée, après plusieurs mois de souffrance de suite de la spoliation de son immeuble par un citoyen congolais qui, en vertu de ses fonctions et pouvoir, ne pouvait aucunement être inquiété.

De son côté, l’ex-gouverneur du Katanga, qui ne s’est pas présenté à l’audience, n’a pour l’heure pas réagit à cette condmnation par contumace.

Cette condamnation tombe un mois après que le candidat déclaré à la prochaine présidentielle avait été inculpé pour «atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l’Etat» et placé sous mandat d’arrêt provisoire, par le Parquet général de la République.

Dans ce procès, il avait été inculpé pour recrutement des mercenaires étrangers.

Moïse Katumbi avait reçu l’autorisation du Procureur général de la République de se faire soigner à l’étranger.

L’ancien gouverneur du Katanga avait ainsi été évacué le 20 mai dernier dans un avion médicalisé vers l’Afrique du Sud pour être soigné. Moïse Katumbi va ensuite quitter l’Afrique du Sud le 28 mai dernier pour aller poursuivre ses soins en Europe.

La Pros. 

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire