Malu-Malu serait toujours vivant!

C’est en tout cas le journal Kinois AfricaNews qui l’affrime et prétend même que ce dernier a été contacté par téléphone, le week-end dernier, par des «hauts responsables ».

Jusque jeudi 9 juin, quand la délégation partie à son chevet, dont Mgr Melchisédech Sikuli et le président de la CENI Corneille Nangaa, quittait Kinshasa, l’ancien président de la CENI, donné pour mort il y a plus d’une semaine, était encore en vie. Le week-end dernier, il a pu parler avec des responsables au téléphone!

L’abbé Apollinaire Muholongu Malumalu n’est pas mort. L’information est parvenue le week-end dans certains milieux politiques, agréablement surpris. Elle laisse entendre que la nouvelle de la mort de l’ex-président de la CENI, confirmée par l’ambassadeur de la RD-Congo aux Etats-Unis François Balumwene, issu de l’espace Nande comme Malumalu, et un tweet de l’envoyé spécial du Département d’Etat en RD-Congo, introuvable depuis, et relayée par plusieurs médias dont AfricaNews qui présente ses excuses au public, serait fausse.

L’abbé, que certains hauts responsables ont réussi à joindre au téléphone le même week-end et dont la voix paraissait faible, aurait plutôt, affirme-t-on, passé plus de temps que prévu en chimiothérapie, au grand étonnement de ses médecins traitants.

Selon des spécialistes, la durée totale d’une chimiothérapie est variable et, généralement, elle est d’au moins 3 à 4 semaines. Les cures ou les séances étalées sur un ou plusieurs jours consécutifs peuvent être hebdomadaires ou espacées de 3 à 4 semaines.

A la suite de ces informations encourageantes, une importante délégation a quitté Kinshasa jeudi 9 juin à 12 heures à destination d’Atlanta, aux Etats-Unis. A sa tête, Mgr Melchisédech Sikuli, l’évêque de Beni-Butembo. On laisse entendre que le président de la CENI Corneille Nangaa, un délégué du gouvernement, le président de la CIME, le révérend Elebe Kapalayi et des membres de la famille Malumalu sont aussi du voyage. Pendant 4 jours, la délégation a pour mission: s’enquérir de l’état de santé de l’homme d’Eglise.

A en croire des sources, seuls les médecins soignants de l’homme d’Eglise ont désormais le droit de parler de l’évolution de son état de santé alors que personne ne sait exactement dans quelle situation il se trouve.

Le 1er juin, des bruits ont circulé sur le décès de l’ancien président de l’ex-CEI et de la CENI à Atlanta. Une information répandue par des médias qui ont cité une source: l’ambassadeur de la RD-Congo aux Etats-Unis, François Balumwene. Puis confirmée par un tweet d’une source indépendante, l’envoyé spécial du Département d’Etat en RD-Congo, vraisemblablement retiré depuis. Jeune Afrique avait, pour sa part, évoqué une mort cérébrale tandis que dans, un tweet le 1er juin, le ministre des Relations avec le Parlement Tryphon Kin-kiey faisait part de son énorme douleur après la disparition clinique de l’homme d’Eglise.. lire la suite sur Africanews

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire