Conclave de Tshisekedi à Bruxelles: entre l’ombre de Katumbi et la silhouette de Kabila !

Il y a quelque chose qui cloche au sujet du  Conclave de Bruxelles apparemment convoqué par Étienne Tshisekedi mais dont les tireurs de ficelles sont tapis dans l’ombre.

Pourquoi Étienne Tshisekedi l’a-t-il autant entouré d’opacité au point de fragiliser son propre parti? Une autre interrogation tout aussi légitime, c’est celle de savoir où l’Udps a trouvé les moyens financiers pour organiser son Conclave de Bruxelles? Elle y a invité pas moins d’une cinquantaine des personnalités des différentes plateformes politiques de l’Opposition: la Dynamique, G7, AR et FPCR notamment.

Elle a pris en charge les titres de voyage, l’hébergement et les primes de tous les délégués. Où diable ce parti a-t-il trouvé les moyens financiers? Répondre à cette question c’est percer le mystère du vrai agenda de cette messe politique dans la capitale bruxelloise du 7 au 9 juin.

IMG-20160602-WA0017

D’abord l’absence de transparence avec laquelle Étienne Tshisekedi a entouré les consultations de son pre-Dialogue. Il avait mandaté le 18 mai Augustin Kabuya et Peter Kazadi pour rencontrer «discrètement» les opposants afin d’intégrer le Comité préparatoire. Le Secrétaire général de l’Udps Bruno Mavungu a été court-circuité. D’ailleurs, il a dit n’est pas reconnaître la mission des émissaires de son président. Question: pourquoi Tshisekedi prend-t-il le risque de fragiliser son propre parti?  Pour un Conclave d’une telle importance, on ne peut pas ignorer celui qui gère le parti au quotidien. Il y a donc forcément un agenda caché. Raison pour laquelle, Tshisekedi a cloisonné ses collaborateurs.

Ensuite le doute sur la sincérité de ce forum est nourri par l’opacité qui enveloppe son financement. Jusqu’ici, l’Udps a négocié avec Kinshasa dans les villes occidentales. L’origine du financement était connue, trésor public, mais pas la hauteur. Mais pour le Conclave de Bruxelles, on ne sait ni la source de financement ni la hauteur. À Gorée, au Sénégal, les organisateurs et leurs bailleurs étaient connus. Aussi des suspicions légitimes sur Katumbi et sur Kabila.

C’est l’un d’entre eux qui aurait délier les cordons de la bourse. Mais ces soupçons se dirigent davantage vers Moïse Katumbi car une forte délégation de ses proches a fait le déplacement de Bruxelles. Ainsi, l’agenda de Bruxelles se clarifierait. Une alliance Tshisekedi-Katumbi pour une participation à la Transition. De la sorte, Vital Kamerhe et la Dynamique seront isolés.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire