Télécoms: le prix de la connexion internet en RDC grimpe

Le prix de l’internet a augmenté depuis la semaine dernière en République démocratique du Congo. A constaté direct.cd. Voici la nouvelle grille tarifaire.
En République démocratique du Congo, plusieurs sociétés des télécommunications ont revue à hausse le prix de la connexion internet mobile. Quelques abonnés aux différents réseaux de télécommunications interrogés par direct.cd, affirment n’avoir pas été informés avant cette augmentation.

« Je n’ai reçu aucun message pour m’avertir qu’il y a réduction des mégabit quand j’active. J’ai juste constaté à l’heure où j’ai activé 100u pour avoir 80MB on me dit que j’ai 62,5MB », explique Fabrice, utilisateur du réseau airtel.

On constate cette hausse du prix au niveau de l’écart des mégabits que ces sociétés donnaient aux abonnés. Exemple sur le réseau Airtel, l’activation de 3 jours est devenue : 7,5MB contre 10MB pour 20u, 25MB contre 35MB pour 50u et 62,5MB contre 80MB pour 100u. Tigo garde l’activation journalière classique à 10MB pour 20u. Il change smart un jour de 50u qui avait 35MB à 30MB et smart trois jours de 80MB à 65MB. Avec l’activation flexy 24h Vodacom, 10MB contre 15MB pour 25u, 30MB contre 35MB pour 50u et flexy 72h 65MB contre 80MB pour 100u.

Vendre 27 mai dernier, le député Patrick Muyaya a adressé une question écrite au vice-premier et ministre des Postes téléphones et nouvelles technologies de l’information et de la communication (PT-NTIC) Thomas Luhaka sur cette hausse du coût d’internet mobile.

« Nous avons reçu beaucoup d’appels et plaintes de la part de nos électeurs qui sont consommateurs des services de sociétés de télécommunication, y compris nous-même. Nous avons constaté à partir du 10 mai une hausse difficile à expliquer des tarifs d’internet mobile », fait savoir le député qui s’est confié à politico.cd.

Selon Patrick Muyaya, la hausse du prix est vertigineuse. Il voudrait bien que le vice-premier ministre et ministre de PT-NTIC viennent les expliquer d’autant plus qu’il y a quelques jours il s’est mobilisé pour obtenir que sur le marché que le coût des cartes prépayées ne suive pas les fluctuations du franc congolais.

« Aujourd’hui, la situation s’est rétablie. Nous voulons savoir si c’est pour accroitre l’assiette fiscale ou comme certains les pensent, c’est pour restreindre l’accès à internet pour des raisons politiques », poursuit le député.

Jean-Hilaire Shotsha,
Direct.cd

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire