L’Ouganda menace la RD Congo de représailles militaires après des attaques à sa frontière

L’Ouganda a menacé de mener des actions militaires si la République démocratique du Congo (RDC) continue à attaquer ses forces de sécurité à la frontière. 

Henry Okello-Oryem, ministre d’Etat ougandais des Affaires étrangères, a déclaré lundi au cours d’une conférence de presse que son pays n’hésiterait pas à utiliser le principe de poursuite dans la protection de ses citoyens et de son territoire.

Il a tenu ces propos suite à un incident survenu samedi dernier sur le lac Albert, dans lequel des miliaires congolais ont tué quatre policiers ougandais qui, selon les autorités ougandaises, faisaient une patrouille de routine.

Les soldats militaires ont emmené les corps des policiers ougandais, leur bateau ainsi que leurs armes. Selon le ministre d’Etat, le ministère ougandais des Affaires étrangères a convoqué lundi le chargé d’affaires congolais en Ouganda et lui a remis une note de protestation.

Ce n’est pas le premier incident du genre survenu entre l’Ouganda et la RDC. En mai 2013, sept policiers ougandais en patrouille ont été arrêtés sur le alc Albert par l’armée congolaise et détenus pour un an à Kinshasa.

« La recrudescence d’un incident similaire pourrait obliger les forces armées ougandaises à repousser un tel acte pour protéger nos citoyens et propriétés », a déclaré le ministre d’Etat ougandais.

Il a fait savoir que son pays avait demandé la tenue d’une réunion urgente entre les chefs sécuritaires des deux pays. Selon Okello-Oryem, les autorités congolaises doivent utiliser le cadre convenu avec l’Ouganda pour régler le problème.

Il a par ailleurs déclaré que les corps des policiers ougandais tués doivent être rapatriés et que des compensations appropriées doivent être accordées à leurs familles.

Avec Xinhua

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire